David Sylvian – Sleepwalkers

D’abord l’euphorie. Puis la désillusion. Et finalement le plaisir. La nouvelle de la sortie de Sleepwalkers de David Sylvian a suivi ce schéma dans mon esprit tortueux et torturé.

L’euphorie. Car oui, David Sylvian fait partie de ces artistes qui titillent mon imaginaire et emballent ma joie. Je suis très loin de tout connaitre de sa discographie, mais j’en connais assez – Blemish et Snow Born Sorrow (sous le nom Nine Horses, avec Steve Jansen et Burnt Friedman, pour un des plus beaux disques des années 2000) pour ne citer qu’eux – pour savoir que le britannique reste un artiste capable de renverser mon coeur, entre avant-garde, rock expérimental et ambient, le tout bercé par une voix d’indie-crooner reconnaissable entre mille.

La désillusion. Après un Manafon plus obscur, plus fermé mais toujours fascinant dans sa construction sonore, j’espérais un nouvel album. Sleepwalkers serait celui-là . Sauf que non au final.
Car Sleepwalkers n’est « qu’une » compilation qui recense bon nombre des collaborations que David Sylvian a pu faire durant les années 2000. Ici, certains de ceux qui ont fait la dernière décennie se succèdent: Ryuichi Sakamoto, Christian Fennesz, Arve Henriksen de Supersilent, ce genre d’artistes. Bref, pas de nouveautés ici (à  une chanson près, Five Lines, avec Dai Fujikura), mais certaines de ses meilleures compositions des dix dernières années.

Le plaisir. Un grand et fort plaisir. Car si Sleepwalkers est une compilation, elle est avant tout une plongée des plus remarquables dans l’oeuvre de ce petit génie de David Sylvian. J’ai beau connaître toute sa récente discographie, voir ces 16 titres se succéder avec autant de facilité – et de malice – me surprend encore.
Sleepwalkers est une extraordinaire porte d’entrée, un best-of (et dieu sait que je déteste ce mot) idéal pour rentrer dans l’oeuvre de David Sylvian. Mais également une très bonne façon de se rappeler quel artiste essentiel il est.

David Sylvian a retravaillé ici certains titres, changé les mixes pour d’autres, histoire de donner une cohérence à  l’ensemble. Et c’est une réussite à  tous les niveaux. Bref, un best-of, pensé et travaillé et non pas emballé et pesé en moins de temps qu’il ne faut pour dire « argent facile ».

Sleepwalkers est un must-have, rien de moins, qui mérite de figurer en bonne place dans toutes bonnes discothèques qui se respectent, que celles-ci possèdent les oeuvres précédentes ou pas de David Sylvian. Car au delà  de la compilation, ce disque pourrait presque être considéré comme un nouvel album tant il est cohérent, riche et incroyablement divers. Ce qui n’est pas le moindre des compliments.

5.gif

Olivier Combes
Tracklisting:
01. Sleepwalkers
02. Money for All
03. Ballad of a Deadman
04. Angels
05. World Citizen (I Won’t Be Disappointed)
06. Five Lines
07. The Day the Earth Stole Heaven
08. Playground Martyrs
09. Exit Delete
10. Pure Genius
11. Wonderful World
12. Transit
13. The World Is Everything
14. Thermal
15. Sugarfuel
16. Trauma
Sortie: 27 septembre 2010
Label: SamadhiSound

Plus+
Site officiel
Retrouvez cette chronique ainsi que 2 titres en écoute en cliquant ici

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *