Art Brut – Brilliant tragic!

Art Brut est depuis le début de sa carrière le rejeton turbulent, mais sans doute aussi le plus intello, du revivalisme punk à  la sauce garage rock. Le groupe qui tourne depuis pas loin de 6 ans se trouve toujours, et avec un putain de brio, à  la croisée de trois chemins, : Sex Pistols + Garage Rock x Britpop = Art Brut – chapeau melon.

Et le groupe de dévie pas de son chemin constitutif, dans ce nouvel album lancé bille en tête, guitare en bandoulière et bite au vent (enfin façon de parler).,  La formule est toujours simple, et finalement assez pop, : une mélodie qui se retient immédiatement, un batteur qui frappe sec et clair sur ses fûts, tandis que ses cymbales crash hurlent de douleur, une guitare qui suit le rythme et une seconde qui plaque ses rifs, une basse qu’on distingue à  peine. Puis Eddie Argos, à  l’avant scène, avec son phrasé punk parfois presque slammé et un accent cockney à  couper au canif. Une formule éprouvée, qui trouve ici une production pas du tout lo fi qui ne gâche pourtant pas l’énergie de l’album avalé d’une bouchée.

Art Brut, c’est un peu le Pulp du punk, soit la pertinence de textes du quotidien général au service d’une mission ici plus redoutablement rock. Les paroles sont toujours simples mais pas simplistes. Quand Eddie Argos regarde la page facebook d’une ex, il se rend compte qu’un ex c’est mis en couple avec un mauvais comédien »et ça l’énerve, ; quand il s’apprête à  monter en scène, il prend assez mal les remarques d’un Jazzman intelligent, se remémore les années à  l’école ou rappelle que tout le monde tient à  se sentir sexy parfois etc. etc. Sauf que ces petits affres du quotidien deviennent chez Art Brut des chansons imparables, au potentiel de persuasion indéniable  » everybody wants to feel sexy sometimes »  »  » PHP/PSP is good for me, php/psp,  is good for me, psp/php is good for me,  » ; je vous mets au défi de ne pas la garder en tête toute la journée. Eddie Argos chante, ou parle presque, assène, hurle ou caresse, et semble systématiquement  » vivre,  » les chansons qu’il nous propose. Ca percute. Ca donne sans doute au groupe le petit supplément d’âme qui le distingue d’une horde de suiveurs sanguinaires.

Brilliant tragic! est un de ces albums que j’affectionne tout particulièrement en tant que bon et vieux popeux. Le groupe cumule différents atouts, : des paroles simples mais touchantes, des mélodies mnémotechniques évidentes, la gueule de l’emploi, un fond britpop et une certaine morgue, mais aussi des guitares qui crient sans jouer la carte de la surabondance ou du lo-fi qui n’hésitent pas à  pousser seules la mélodie. On songe souvent à  Maximo Park leurs voisins de pallier, mais aussi à  Blur, aux Pixies,aux Stranglers et Sex Pistols ou à  Ash tiens pour la fougue et la batterie.

Titillant mes deux neurones post adolescent, ravivant mes souvenirs proto punks de sauts en transe dans les soirées exagérément houblonneuses de terminale, celles où on finissait en vomissant dans le caniveau, trempé jusqu’au slip, ; Art Brut provoque encore des réactions de rock primaires passé 35 ans. Et ce même si, du son, à  la manière de placer le chant ou de travailler le mix tout en tension en réservant une grande place à  la batterie, on sent un sacré travail sur le son général du son de l’album. Une réussite pop-rock de 2011 assurément.

Denis Verloes

Tracklist

Date de sortie: 23 mai 2011

Label:cooking vinyl / Pias

Plus+
L’espace Myspace
Le site officiel
Ecouter l’album sur Spotify

La vidéo de Lost Weekend

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *