Idiot Glee – Paddywhack

La découverte d’une vieille cassette de Pet Sounds a changé la vie de James Friley alias Idiot Glee, un jeune prodige pop adepte du Do It Yourself.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

IdiotGlee_Paddywhack_.jpgLa découverte d’une vieille cassette de Pet Sounds a changé la vie de James Friley alias Idiot Glee, un jeune prodige pop adepte du Do It Yourself.

Cet album est-il aussi rafraîchissant que sa pochette pourrait le laisser supposer ? La réponse est oui, indéniablement. Enregistré à la maison avec un minimum de moyens, James Friley, jeune Américain du Kentucky âgé seulement  de 22 ans, prolonge sa formation initiale de pianiste classique en proposant des chansonnettes (rien de péjoratif dans le terme)  nimbées dans des claviers vintage et des boîtes à rythme. Le songwriter aime l’écriture pop mais se passionne aussi pour le traitement sonore à l’instar effectivement de Brian Wilson. Chez Idiot Glee, le minimalisme génère le plus souvent fantaisie et légèreté. Mais il y a dans Paddywhack, un titre à la noirceur larvée comme Trouble at the Dancehall.

Tout ceci est séduisant mais pourrait tourner en rond au sens propre et figuré (Idiot Glee pratique l’art du loop comme un autre Brian, Eno) si Friley ne se lâchait au niveau de la voix. En dépit de son physique poupon, l’Américain a bel et bien un organe de crooner. Mais il ne s’arrête pas là et va plus loin que ce seul talent vocal naturel. Idiot Glee est une chorale à lui tout seul. On hésite à penser que l’inspiration du chanteur provient autant du doo wop américain (Let’s go down Together) que de la tradition anglaise de la chorale profane (Don’t drink the water). Par son insouciance et son naturel, le jeune homme dé-ringardise cette variété des années 60, ne prenant là-dedans que sa musicalité extrême et la joliesse de ses harmonies.

C’est surtout l’association de ces arrangements lo-fi minimalistes avec le soin maximaliste et ultra mélodique apporté aux voix qui crée l’originalité du projet. Paddywhack semble anecdotique au premier abord, parfois simpliste dans sa manière de penser la popsong (Happy day et sa naïveté d’ado 50’s) avant de révéler sa réelle qualité et la créativité de son auteur. Tout ceci est évidemment perfectible mais Idiot Glee est d’ores et déjà une affaire à suivre.

3_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 16 mai 2011
Label / Distributeur : Moshi Moshi / Discograph

Plus+
MySpace
Bandcamp
Video de Let’s go down Together

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

L'Auteur:

Denis Zorgniotti
Denis Zorgniotti | Twitter | Mon site web | Facebook

Naturellement branché par quelques préfixes musicaux (indie, post, abstract, alt, math…) et même un suffixe (nica). Toujours prêt à défendre le petit label de Tours, Chambéry ou de Portland. Après quelques expériences presse et radio, a trouvé avec Benzine mag un nouveau terrain de jeu et d’expression. Ne désespère pas de trouver plus de temps pour écrire plus sur le cinéma, sa formation initiale et son autre passion. Mais seulement 24h dans une journée, un vrai scandale !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

✎ POSTER UN COMMENTAIRE

Votre e-mail n'est jamais ni publié ni partagé. Les champs obligatoire sont marqués par une *

*
*

TWITTER

B tweets

FACEBOOK

AILLEURS

RSS articles