Chico & Rita

Il est finalement assez rare aujourd’hui de trouver dans le cinéma d’animation au format long une volonté d’univers singuliers comme le font si biens les cinéastes japonais – citons une nouvelle fois Takahata, Miyazaki, Rintarô. Même si ceux-ci consacrent leurs scénarios à  l’imaginaire du récit Fantastique et de la science-fiction là  où le film de Fernando Trueba se base sur la jonction entre mutation personnelle (celle de Bebo Valdés) et mutation historique, entre biographie et géo-politique, sa nouvelle oeuvre a de quoi retenir notre interêt. Car en plus de représenter une zone géographique rarement dessinée au cinéma, »Chico & Rita » est aussi un véritable film de cinéma, si besoin est de rappeler l’amplitude dramaturgique d’une oeuvre d’animation à  égal potentiel que celle d’un film en chair et en os. Et c’est dans cette souplesse sans limites que »Chico & Rita » est tout aussi singulier qu’une animation japonaise, et plus encore qu’un film ‘live’.

Par ailleurs il y a des rapprochements cinématographiques à  faire : Trueba (assisté du talentueux graphiste et dessinateur Javier Mariscal) signe ici un véritable hommage aux films musicaux de Jacques Demy. Comment ne pas retrouver ces émotions dissimulées dans une superbe bande-son, berçant des personnages épris d’amour et de passion autour du Monde? Il y a ici parfois la noirceur qu’a toujours refusé Demy dans sa vision à  tout prix fantaisiste de la vie comme du cinéma. Il y a ici quelques coups de feu, quelques paysages froids et enneigés qui ne sont pas le symbole réconfortant d’un nouveau départ dans »Les parapluies de Cherbourg » mais plutôt ceux d’une perte des repères et d’un destin incertain. C’est un film doux et amer puisqu’il résonne souvent avec l’évolution politique de toute une époque. Il y a dans »Chico & Rita » du doute, du réconfort, certes souvent les clichés auxquels sont voués les scénarios dépeignant de si larges durées historiques, mais finalement la sincérité et l’énergie sensuelle qu’y injectent les réalisateurs portent souvent le film au-dessus de ses facilités. La mise en scène excelle à  retraduire dans les plans et les courts mouvements de caméra le rythme langoureux d’une Amérique latine aux sonorités utopiques.

« Chico & Rita » est une animation riche et simple, qui nous berce de par le monde et ses tragédies sentimentales. Trueba et Mariscal ne cherchent pas l’effet romantique, ils ont pensé à  laisser l’histoire être guidée par la science colorée de leur animation. La densité des plans, la splendeur musicale, le suave doublage des voix et l’imperfection du film (à  une forme heureusement simple se succèdent des raccourcis simplistes) ne ramènent qu’à  un seul et même plaisir, celui d’un cinéma un peu hors du temps, dénué de timing et de pensée formelle stricte. Les rythmes chauds de la musique de Bebo Valdés sont seuls guides d’un film qui partage tant de similitudes avec le cinéma de Jacques Demy, et qui en même temps s’en défait superbement.

Jean-Baptiste Doulcet

Chico & Rita
Film d’animation espagnol réalisé par Fernando Trueba, Javier Mariscal
Avec les voix (v.o.) de : Bebo Valdés, Idania Valdés, Freddy Cole…
Durée : 1h34
Sortie le 6 Juillet 2011

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *