Ichliebelove – Life-enhancing Solutions / Half Asleep – Subtitles for the Silent Versions

On ne louera jamais assez l’importance du label We are Unique records qui démontre encore avec ses deux dernières sorties toute son exigence,  son originalité et sa pertinence.


Ichliebelove – Life-enhancing Solutions

Pour son album Endtroducing, DJ Shadow avait écrit : »toute une vie dédiée à  la culture vinyle » et d’énoncer ensuite la liste de tous les artistes qui l’avaient marqué et qui avaient abouti in fine à  sa musique à  lui. Philippe Raimond aurait pu s’en inspirer, tant on sent que son projet Ichliebelove est le résultat d’une vie de mélomane, parfaitement digérée, pour créer une musique,  télescopant les genres musicaux dans un grand-tout génial. Les références du Tourangeau ne sont pas les mêmes que celle de DJ Shadow (encore que, en cherchant bien) mais l’ouverture est identique. Tout d’abord Ichliebelove adopte le credo des Beatles qui affirme que recherches sonores et musique savante doivent se mettre au service d’une musique facilement abordable et populaire. Life-enhancing Solutions s’écoute donc d’une traite avec gourmandise, ce qui n’était pas gagné au départ car le disque est riche et ses ingrédients ne sont pas tous faciles. On notera dans le désordre et sans hiérarchie, les influences de Cure, d’Elbow (Rev III, Whisky and Downers) de la folie Madchester (Bad with Faces, worse with names vous invite à  un party débridé digne des Happy Mondays), d’un psychédélisme cosmique proche de Spiritualized (Born Again Sinner) de l’électronique tendance de Jay Jay Johanson, de John Barry en filigrane de l’ haletant My Guru Friend. Contrairement à  DJ Shadow précédemment cité, chez Ichliebelove pas de sample (si ce n’est des dialogues radiophoniques) : tout est joué et de ce côté là , le Tourangeau s’est donné les moyens de ses ambitions en invitant pas de moins de 15 musiciens (notamment des cuivres) pour faire de Life-enhancing Solutions,  d’ores et déjà  sa grande oeuvre.,  Parmi eux, Laudanum apporte la puissance de sa guitare noise sur l’ antérieurement,  zen Low Connection. Ichliebelove a sans doute peur du vide mais en grand ordonnanceur, il utilise chaque son, chaque influence et chaque musicien à  merveille.

4_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 20 juin 2011
Label / Distributeur : We are Unique Records / La Baleine

Plus+
Site
Myspace
Video de Born again Sinner

 

Half Asleep – Subtitles for the Silent Versions

Half asleep, c’est un peu tout le contraire de Ichliebelove. , Autant le second fait dans la luxuriance, autant la première fait dans l’épure. Autant le Tourangeau mèle électrique et électronique, autant la Belge fait dans le tout acoustique. Autant Ichliebelove se répand dans le technicolor, autant, Half Asleep, se réfugie,  dans le Noir et Blanc. Comme sur son prédécesseur,  (we are now) seated in profile, la musique de Valérie Leclercq évoque parfois les films muets, tendance expressionniste, ambiance fantastique (For god’s sake let them us ou, the grass divides as with a comb chanté en duo avec Jullian Angel). Ceres Pluto Eris est même un vrai instrumental au piano laissant planer un mystère,  à  chaque accord. D’ailleurs, il y a souvent du Satie dans ce piano suspendu (Sea of Roofs). La musique de Half Asleep est habitée, une image que l’on utilise souvent,  à  mauvais escient mais qui trouve une véritable incarnation ici. La Belge a un vrai univers – autre cliché – arrivant à  créer une musique fragile mais chantée d’une voix grave et distante ;, une musique de folk de chambre qui pourrait apparaître comme »classique » mais qui par le regard biaisé, que lui porte, Half Asleep devient spéciale et particulière. On peut parler de miroir déformant par exemple quand associée à  Isabelle Casier de Pollyanna ou Delphine Dora, elle crée des polyphonies vocales harmonieuses mais étranges. Sur Personnalité H, il y a carrément cinq voix ensemble, créant une atmosphère belle et, effrayante, qui, si elle ne va pas aussi loin que le travail de Ligeti ou de Komeda (liés à  jamais aux BOs de Kubrick et de Polanski), commence déjà  à  s’en approcher.
Au même titre que Cat Power, la musique Half Asleep vient de la folk mais avec cette même exécution à  fleur de peau et, cette folie sous-jacente qui, font naître, l’émotion d’une sensibilité, particulière et cabossée, (The Fifth stage of sleep). Pourtant, l’instrumentation de la Belge la différencie de l’Américaine. Chez Half Asleep, flute, clarinette, viole de gambe (tenue par Colleen) créent un écrin précieux et hautement mélancolique. Ces instruments, rajoutent encore plus, au caractère sans age et hors du temps d’une musique, où la rythmique n’est, marquée, ni par, une basse, ni par, une batterie. , La tristesse et même parfois la douleur transpirent dans la musique de Half Asleep. Pourtant, derrière la noirceur, une beauté éclatante ne demande pas mieux qu’à  apparaître (Une invitation sur un texte d’Emily Dickinson est, bouleversant). Et c’est bien là  l’essentiel.
Unique. Comme son label.

4_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 4 mai 2011
Label / Distributeur : We are Unique records / La Baleine

Plus+

MySpace
Site

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *