Wires Under Tension – Light Science

A l’heure des, habituels bilans de fin d’année, Wires Under Tension sera sans doute pas loin de, ma première place. Light Science ou le post-rock réinventé.

C’est fou ce que l’on peut faire à  deux : on peut jouer d’une dizaine d’instruments, on peut faire une musique qui fond dans une même énergie,  rock, jazz, électronique, musique contemporaine, ambiance cinématique, on peut faire un grand album…Wires under Tension, c’est l’histoire, de deux gars qui,, enfermés,  dans leur, petit appart du Bronx,, avec, leurs petites mains, arrivent à  ériger une cathédrale musicale. Carrément ! Dans, ce duo, en parfaite osmose (une condition sine qua non à  la réussite du projet), il y a donc Christopher Tignor, déjà  membre de Slow Six, multi-instrumentiste aussi à  l’aise avec un violon, une trompette, un clavier ou une guitare. Avec lui, et , pour tenir la baraque et, structurer une musique qui serait sinon éclatée, Theo Metz est à  la batterie et aux percussions dans un jeu complexe et offensif. Car la musique de Wires, Under, Tension est ainsi faîte,, une, base rythmique répétitive à  la manière de, Steve Reich. Cela peut être ce soit un simple glockenspiel (electricity turns them on), deux violons qui s’entrelacent (Wood, metal, bone), ou une matière amalgamée de percussions, claviers, cordes, sur laquelle viennent se greffer de toute manière d’autres instruments. Tignor amène dès lors un aspect mélodique non négligeable à  la musique. Et miracle,, Light Science contient des moments de pure élévation,  qui vous retournent les sangs (Irreversible machine).

Car la musique du duo est éminemment charnelle, un truc qu’on se prend en plein coeur et qui vous, remonte les poils. Intellectuel mais surtout émotionnel. Sur ce terrain »post-rock » naturellement ouvert sur,  le jazz, n’ayant pas peur de rajouter de l’électronique et, lorgnant un, brin vers, la musique contemporraine, on connaissait déjà  Do make Say Think, Clogs, Tortoise, ou Godspeed You Black Emperor mais Wires Under Tension a la particularité de ne jamais relâcher la tension, le disque est rythmiquement enlevé, pas agressif mais loin de la contemplation parfois admise dans le genre. Il y a une énergie live qui se dégage du disque, comme si l’auditeur assistait à  une performance, comme on en voit,  dans, les concerts de jazz et autre musique improvisée avec des musiciens qui s’emballent, tout en, maîtrisant leur musique. Pendant 33′,, , nos New Yorkais ne lâchent rien et c’est aussi ça qui est bon. Totalement jouissif.

5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 7 mars 2011
Label / Distributeur : Western vinyl / Differ-ant

Plus+
Site
Video de Mnemonics in motion
Video de Electricity turns them on

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *