W.W.Lowman – Kumquat May

Comme son nom l’indique, W.W. Lowman est un gars lent,  : tant mieux, son Kumquat May, valait bien la peine d’attendre.

En 2007, le Chicagoan avait sorti un premier album Plain songs remarqué des curieux. Ce deuxième album a lui été enregistré entre 2009 et 2011, comme si W.W.Lowman était détaché de tout impératif temporel, composant et enregistrant au gré de son emploi du temps, de celui de ses musiciens et de ses envies.

Le nom de W.W.Lowman est lié à  une partie de la scène de Chicago, lui même, étant membre, de Bosco & Jorge et d’Aluminium Group. Il a également joué avec L’Altra (étant par ailleurs marié à  Lindsay Anderson), un groupe avec lequel on peut dresser une passerelle avec les propres compositions de W.W.Lowman : il y a entre les deux entités un même naturalisme sonore qui émane de la musique en dépit des arrangements qui, eux, ne le sont pas. Le Chicagoan mêle avec facilité l’électricité des guitares, habillage électronique et l’acoustique des percussions et des instruments à  vent. A la différence de son prédécesseur, Kumquat May est un album souvent jazz avec un jeu de chassé croisée entre les cuivres et les nappes ; tout ce petit monde tantôt en opposition, tantôt à  l’unisson. Musicalement, W.W.Lowman se rapproche par exemple de Tied and Tickled Trio (side project de membres de Notwist) et bien sûr de Tortoise, référence évidente quant il s’agit de mélanger jazz et post-rock. L’album commence calmement (Bourge) avant de prendre de la vigueur, se rapprochant de la frénésie des récents Wires Under Tension (Stout Leroy, un des grands moments du disque).

Mais W.W.Lowman a vraiment décidé de , surprendre : sur , Cuts Like a Knife, il vocode sa voix dans un titre à  l’ambiance plus électronique qui n’aurait pas dépareiller chez Air « sensualisé » ici un saxophone. Dernière curiosité du disque, l’Américain reprend un traditionnel vietnamien ; , de quoi nous faire croire que la musique asiatique et le post-rock pouvaient avoir quelque accointance.

Qu’il soit plus naturellement post-rock (sur les traces de son premier Plainsongs), ambiant ou carrément jazz, W.W.Lowman sort un album emballant. Tout simplement.

 

4.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 9 septembre 2011
Label : Atavistic

Plus+
Soundcloud

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *