Rob Crow – He thinks He’s People

En attendant un nouvel album de Pinback prévu pour 2012, voici un nouvel album solo de la moitié du duo, un Rob Crow toujours aussi boulimique. Recommandable (comme d’hab).

Quand il s’agit d’énoncer tous les projets auxquels a participé Rob Crow, il convient de reprendre son souffle : Thingy,, Goblin Cock,, Alpha Males, Physics, Optigannally Yours, Snotnose et bien sûr le plus connu d’entre eux Pinback avec, Armistead Burwell Smith IV. A cela, il faut ajouter trois albums solos, un EP, un split album en compagnie des électroniciens de Lesser, cerises sur un gâteau déjà  bien conséquent. De quoi se laisser pousser une barbe de bûcheron, ce que l’Américain n’a pas manqué de faire ces dernières années. Ces dernières années, Pinback aura vraiment amené quelque chose de nouveau et de frais dans le paysage rock américain. A l’image de Rob Crow, le duo a ajouté à  ses éléments affirmés de math rock et d’hardcore, un vrai sens de la mélodie et un esprit pop. La paire a adouci ce qui faisait friction ou violence sans pourtant affadir sa musique. Bien au contraire, fort d’une pléthore d’instruments, d’un jeu de , couches musicales rajoutées ou enlevées, de rythmiques sautillantes ou claudicantes, de ruptures de ton, la musique de Pinback avance par une énergie aigre-douce bien à  elle ; c’est à  la fois mélancolique et très vivifiant.

Je parle de Pinback mais le sujet qui nous intéresse ici est bel et bien Rob Crow et ce fameux troisième album. Pourtant, cette digression n’est pas inutile car tout ce qui fait le charme du duo californien, se retrouve bel et bien dans He Thinks He’s people. Avec son look d’adolescent attardé, l’Américain est bel et bien un maître de la mélodie ambivalente, un touche à  touche parfois génial témoignant d’un douceur extrême entouré de programmations electronica (Tranked), d’une force poignante (Sophistructure renvoyant tous les groupes emos à  leur chère étude), d’une âme mélancolique de grande tenue (Scalped), d’une envie de rythmique bizarrement groovy (Looking fot Seth Putnam in Hot Topic). Rob Crow est rock, folk, pop, lofi ; il est totalement en phase avec notre époque, il est aussi délicieusement vintage (I’d like to be there entre Beach Boys et Byrds).

L’Américain arrive surtout à  changer d’humeur, de direction, d’instrumentation (entre claviers, machines et guitares) en à  peine 3′. A ce titre, Prepare to be mined est bien l’exemple d’un titre accrocheur intelligent et profond. Plus qu’avec Pinback, Rob Crow profite de son travail en solo pour aussi proposer des titres ultra courts, comme des ébauches balancés là  telles quelles. Cela , permet au musicien d’oublier un peu son souci maladif du détail pour se lâcher un peu comme dans une énergie live. Cela donne le nerveux, Build plus naturellement math rock limite hardcore, cela donne aussi la jolie mélodie de Pat’Scrab que l’on trouvera peut-être développée sur un titre futur. Rob Crow n’a pas le temps, il a sans doute encore 50 chansons à  écrire et autant de disques à  sortir. En attendant, profitons pleinement de celui-ci.

He Thinks He’s people est sans doute une récréation pour son auteur mais j’en connais beaucoup qui aimerait déjà  atteindre cette hauteur.

4.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 17 Octobre 2011
Label / Distribution : Temporary Residence / Differ-ant

Plus+, 

Video de Sophistructure
Site de fan

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *