Ewert And The Two Dragons – Good Man Down

Dans un vieux Disney de la fin des années 70 du même titre, Peter sympathisait avec le dragon Elliott, montagne d’amitié et d’affection. Dans le nom choisi par ce nouveau groupe qui illumine cet hiver pop, c’est bien à  deux dragons que l’on a affaire ici, raison sans doute de la vitalité et de l’énergie de ce disque surprise qui réchauffe le coeur de l’hiver. On serait tenté de dire « sorti de nulle part » mais ce serait faire injure à  l’Europe, car c’est bien à  l’Estonie qu’on doit cette potion folk pop ragaillardissante.
Comme Les Inrockuptibles l’ont justement fait remarquer, on en vient à  penser que nos cousins estoniens respectent bien plus la pop que la plupart de leurs homologues anglo-saxons, enfants gâtés qui la maltraitent.
Et l’on se réjouit du bain de jouvence dans laquelle ce quatuor radieux l’immerge pour son plus grand bien.
Fraîche, pure et lumineuse, la musique d’Ewert And The Two Dragons, toujours très inspirée mélodiquement et sertie dans un bel ensemble d’arrangements élégants, démontre que l’immédiateté de la formule folk pop, pour classique qu’elle puisse paraître, peut mener un groupe sur les plus hautes cimes.
Si l’on se prend à  vouloir accompagner leurs choeurs extatiques, taper du pied ou frapper dans les mains sur leurs pop songs joviales (In The End There’s Only Love, Road To The Hill) les estoniens développent une fraternelle humanité sur d’attachantes pièces folk pop où la gravité affleure (Sailor Man, Panda, pur bijou de l’album) et la grâce se pare de mélancolie profonde, (Falling, digne des meilleures formations slowcore, Red House Painters en tête). Et font preuve tout du long d’une musicalité de haut vol jamais prise en défaut portée par la voix profonde de leur leader.
Rigoureuse et enthousiasmante pièce de collection à  inscrire auprès des récentes réussites de The Family Of The Year ou The Leisure Society, cet album expose une grâce de la composition pop en dentelles qui rappelle l’art des grands orfèvres XTC sur un Rabitt d’exception rappelant les grandes heures bucoliques des anglais, période Mummer.
Nouvelle trouvaille de l’impeccable label bordelais Talitres, ce Good Man Down s’impose déjà  comme un opus immanquable démontrant les vertus du classicisme tant qu’y brille une vraie flamme et inspiration et promet une belle route à  nos Ewert And The Two Dragons adoptés sans retenue. « And In The End, There’s Only Love…« 

Franck Rousselot

Ewert And The Two Dragons – Good Man Down
Label : Talitres
Sortie : 30 janvier 2012

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *