Teho Teardo – Music, Film. Music

Disons-le sans détour, Teho Teardo est un grand compositeur de musiques de film. Cette compilation est l’occasion de s’en apercevoir, la plupart des films mis en musique étant inédits chez nous.

C’est vrai que l’Italien est un peu connu chez nous grâce au film Il Divo, prix du jury à  Cannes, qui lui a bénéficié d’une sortie nationale. Mais sa carrière dans le domaine de la composition de BO dépasse largement le cadre de ce simple film : pas moins d’une vingtaine , depuis 2000, beaucoup d’ailleurs avec Toni Servillo, le Andreotti d’Il Divo. Comme distinction, Teardo a déjà  reçu un Donatello (l’équivalent de nos Césars) et le Prix Morricone, remis par le Maître lui même ; un Ennio qui n’a eu de cesse de répéter son admiration pour son jeune confrère.

Teho Teardo a déjà  eu le droit à  une compilation en 2010, Un Soundtrack Work qui regroupait les BO de 2004 à  2008. Ce Music, Film. Music complète celle-ci de quelques extraits de ses travaux plus récents : Il Gioeillino en 2011, Una Vita Tranquilla , et Gorbaciof en 2010. Véritables oeuvres en soi, à  écouter donc indépendamment des images du film, ces BOs sont pensés et composés dès la première lecture du scénario.

Si la base de la musique est bel et bien classique tendance contemporaine avec une prédominance de cordes (avec notamment le violoniste Alexander Balanescu et le violoncelliste Erik Friedlander), Teho Teardo y amène toujours ce qui est sa personnalité profonde. Il faut dire que l’Italien s’est essayé , à  la musique Industrielle, au rock tendance new wave, à  l’électro-rock (pour le projet Operator avec Scott Mac Loud de Girls against Boys), la musique électro-acoustique avec Modern Institute… Lui-même joue d’une multitude d’instruments, de la guitare aux ondes Martenot, de la basse au Theremin, démontrant bien le double bagage rock/expérimental du bonhomme. De ce côté-là , Teardo est à  rapprocher de Yann Tiersen, nettement plus que de Morricone (mis à  part peut-être sur le 70’s Criuspi sur la BO de La Ragazzo del Lago). Et derrière le quatuor à  cordes, le piano et l’électronique impressionniste, c’est souvent un spleen Cure-iste qui émerge.

Music, Film. Music contient deux morceaux de choix. Sur A Quiet Life, Blixa Bargeld (Einstürzende Neubauten) vient poser une voix d’outre-tombe sur une mélodie ténébreuse. Et sur Stanotte cosa succedera ? c’est l’acteur Elio Germano qui vient rythmer la musique dans un spoken word qui prend aux tripes. Emmené par une basse incisive et des cordes hypnotiques,, le thème présent sur Soundtrack Work et connu comme Ti pare Felice,  était déjà  en soi envoûtant. Avec Germano, il apparaît comme meilleur encore. Rien que pour ces deux titres, sachant que tout le reste est déjà  au top. C’est dire.

4_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 21 novembre 2011
Label : Specula Records

Plus+
Site

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *