Aloïs Nebel – Tomás Lunák

Au départ, Aloîs Nebel est une bande dessinée signée de Jaromà­r Å vejdik qui, par ailleurs, officie comme chanteur et compositeur sous le pseudonyme Jaromà­r 99. Sous la houlette du réalisateur tchèque Tomás Lunák, le projet d'adaptation prend la forme d'un film d'animation en noir et blanc qui a initialement été tourné avec de vrais comédiens dans de vrais décors pour être ensuite retravaillés selon le procédé dit †˜rotoscopie.', un procédé ancien dont l'avantage particulier est de reproduire avec réalisme la dynamique des mouvements et l'expression des visages. Le texan Richard Linklater a par exemple utilisé ce dispositif dans deux de ses oeuvres, : Waking Life en 2001 et A Scanner Darklyen 2006, une brillante adaptation du roman de l'auteur de science-fiction Philip K. Dick. Toujours est-il, aussi bien hier qu'à  présent, à  l'Ouest comme à  l'Est, la technique fait merveille, : l'impression de réalisme est fulgurante.

Après un travail visant à  élaguer et condenser la bande dessinée qui tient sur trois volumes, Tomás Lunák, en compagnie de son scénariste Jaroslav Rudis, choisit néanmoins de conserver la gravité et la lourdeur du dessin. Articulée autour du personnage de Aloîs Nebel - signalons au passage que nebel signifie brouillard en allemand - l'histoire plutôt complexe se révèle d'une ampleur impressionnante puisque ce n'est pas moins d'un demi-siècle d'histoire tchèque qui est ici évoquée - et sur laquelle nous ne saurions trop conseiller au spectateur de se renseigner tant soit peu. En effet, les souvenirs embrumés et douloureux du vieux chef de gare s'étagent de l'épisode de l'annexion des Sudètes en 1945 avec l'expulsion des minorités allemandes à  la Révolution de Velours en 1989 qui marque l'effondrement du régime communiste. Prenant place dans une région géographique de frontières et donc de brassages, Aloîs Nebel montre en substance l'impossibilité de l'oubli, la résurgence du passé et, en conséquence, la difficulté des transitions politiques. Outre qu'il est réalisé en noir et blanc, le film se révèle très sombre et neurasthénique, un théâtre d'ombres et de fantômes dans l'univers des cheminots tchèques. Aussi bien dans la gare centrale de Prague que dans les bâtiments de la police secrète, le film distille à  la perfection une atmosphère lourde de suspicions et de manoeuvres - les trafics en tous genres semblent ici monnaie courante.

Au-delà  de la fluidité de l'animation qui finit par la faire oublier, il faut noter un soin tout particulier apporté à  la bande-son, : tous les sons, du plus insignifiant (un robinet qui goutte) au plus tonitruant (un orage qui éclate déchainant les éléments), sont perceptibles et contribuent du coup à  la véracité de l'ensemble. S.'il semble impossible de ne pas être conquis par la qualité plastique de Aloîs Nebel, on peut toutefois émettre quelques réserves sur une trame qui peut demeurer mystérieuse ou obscure par endroits, ; mais peut-être vaut-il mieux se laisser porter par l'ambiance envoûtante et le formalisme parfait.

Patrick Braganti

Aloîs Nebel
Film d'animation de Tomás Lunák
Sortie, : 14 mars 2012
Durée, : 01h24

Partager

About Patrick Braganti

L'idée est ici de défendre et de promouvoir le cinéma d'auteurs, qu'ils soient déjà reconnus ou en devenir. Ce sont d'ailleurs les postulants de la deuxième catégorie - dont on espère bien qu'ils rejoindront rapidement la première - qui ont notre préférence, respectant par là -même les ambitions et les intentions des créateurs de Benzine. La mauvaise foi et le parti pris ne sont pas totalement absents, histoire de titiller l'esprit critique de nos lecteurs. Bons films et bonnes découvertes. Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>