Hanni el Khatib – Will the guns come out

IL y a des albums qu’il vaut mieux laisser passer, quand on se pique de critique impartiale, au moment de leur sortie. Le nouveau Black Keys est de ce tonneau. Ainsi il fut du Hanni el Khatib fin du second semestre 2011.

En effet, comment porter une oreille complètement neutre quand l’ensemble de la presse musicale encense un album, une démarche ou un style. Comment faire fi de ce qu’on lit partout, de ce qui se dit partout dans le landerneau, pour se forger une opinion propre , non conditionnée par les mille lectures et les cent qu’en dira-t-on.

Will the guns come out revient régulièrement dans le téléphone qui me sert de balladeur. Et oui, oui, oui depuis le début, comme les inrocks ou Magic, j’aime bien l’âpreté et l’immédiateté qui se dégagent de l’album du , sec et tatoué, comme dans une vieille pub des années 80 pour les jeans Levi.’s. La grande force de Will the guns come out est là  : des titres aux mélodies imparables, qui se musent facilement et qui convoquent nos souvenir autant que notre bestiaire rock, John Cale en tête. Facile de plaire à  un trentenaire en fait »Des origines, des références, et un style d’écorché vif.

Brut et lo-fi telle est la démarche apparente d’un album qui sonne pourtant étrangement net. On est loin de la mixtape et proche de la démarche. « mouais ». Mais bon ça marche. Et plutôt bien. Hanni el Khatib assène via un duo guitare distordue + batterie pourrave des titres qui n’auraient pas déplu au White Stripes des premiers albums. Soit du blues, du blues, du blues rock rauque, écervelé, bourrin et bas du front. John Spencer blues explosion doit n’y rien comprendre, lui qui milite pour le genre depuis les milieu des années 90 sans que jamais la reconnaissance Hype se soit à  ce point tournée vers lui, dans un monde en perpétuelle recherche d’icône remplaçables.

Parce que là  est sans doute le seul point qui m’énerve. Hanni el Khatib fait de la récup.’ à  plein tubes. Les mélodies sont piochées dans le blues des 60.’s, le son rappelle autant Jon Spencer que les White Stripes, la gueule émaciée et les tatouages évoquent les punks, et un passé de skater plait aux plus-si-jeunes. Je ne remets pas en cause la spontanéité du bonhomme, mais il faut un bon degré d’amnésie, ou de jeunesse pour oublier tous ceux à  qui el Khatib  » emprunte  » musique et méthode.

Reste que ça marche. Parce que les mélodies sont foutrement bonnes. Bien meilleures en fait que sur le premier album des White Stripes, et bien plus immédiates qu’aucun des titres de John Spencer ou de Boss Hog. Et pour moi c’est un critère de réussite que je révère. Donc oui » Will the guns come out est un album non seulement réussi, mais aussi efficace et bouge-ta-cuisse.

Mais je t.’ai à  l’oeil Hanni. Fais mine de t.’éloigner une seconde des trouvailles géniales dans tes mélodies, et je serai là  à  dénoncer la supercherie sur le prochain album. Quoi ? comment ça tu t.’en fous ? Ok »mais bon tu me niques la chute de mon papier là « . Merde »

Denis Verloes

Tracklist

Label: Innovative Leisure Records / Because Music
Date de sortie: 3 octobre 2011

Plus+
Le site officiel
Le compte Twitter
L’espace myspace
Ecouter l’album sur Spotify
la vidéo

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *