Haight Ashbury 2 – The Ashburys

Ce n’est pas un hasard si ce trio d’Ecossais a choisi comme nom un quartier de San Francisco connu comme repère d’indécrottables hippies. The Ashburys c’est les Bangles sous LSD et c’est bien.

Il est vrai que les voix sucrées de Kirsty et Jennifer vont toujours ensemble, comme un vrai girl band à  la pop mélodique et fleurie. Mais attention, dans ce trio au deux tiers féminins (les Mamas without , Papas), c’est la troisième de la bande, le garçon, Scott, qui amène la touche finale qui donne l’alchimie Haight-Asbury. Multi-instrumentiste,il dresse un mur de guitares hallucinogènes et n’oublie pas d’y associer un sitar (dès l’ouverture Maastricht, a treaty). Et comme Jennifer joue autant de la batterie que du tambourin, on quitte tout de suite, dans une vraie faille spatio-temporelle, l’Ecosse, les années 2000 et la pop dite mainstream.

A se demander quelles substances illicites a pris ce charmant trio pour s’épanouir ainsi dans un psychédélisme transcendantal et hédoniste (pour un plaisir partagé entre elles et nous) ? L’ensemble est souvent , musclé avec une , rythmique lourde et des couches de guitares shoegaze (Sophomore, freelove, Buffalo store) et il est en permanence totalement halluciné ; les sons vibrent à  foison touchant du doigt les mystères de l’Asie et rappelant ainsi, Jefferson Airplane, Grateful Dead ou les plus récents Dead Meadows. Même la folk de Ta wit ta Woo s’emballe dans une festivité paîenne. Même un morceau qui respire comme Hole in the Ground se pare de toutes ses sonorités intrigantes et mystiques.

C’est d’ailleurs dans ce contraste entre voix de filles douces émergeant d’un halo presque religieux et cet agrégat sonore complexe, bourré de larsens, de distorsion et de vibrations, que réside tout l’intérêt du disque. On avait déjà  connu cette dualité entre mélodie limpide , et guitares saturées – les titres de Haight Ashbury pourraient évoquer Juliana Hatfield ou Veruca Salt). Mais cette touche psychédélique donne sa vraie valeur au trio , et sauve même quelques titres plus moyens (She’s so groovy 86, Love Haight and Ashbury avec piano et ligne de chant béât) qui sans ce traitement inspiré auraient été franchement mièvres.

Découvert avec, Here in the golden rays featuring the new sound, The Ashburys est un deuxième bon album à  mettre à  l’actif de ces drôles d’Ecossais.

3_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 1er Avril 2012
Label : Lime Records

Plus+
MySpace
Facebook
Vidéo de Sophomore

Envie de partager :

2 thoughts on “Haight Ashbury 2 – The Ashburys

  1. oh je me suis emballé ou j’ai pris mes rêves pour la réalité, qui sait ? Cela mérite une correction (dans le sens orthographique du terme). Merci de votre vigilance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *