La soif primordiale de Pablo de Santis

La soif primordiale de Pablo de Santis offre au lecteur un voyage intriguant au coeur du Buenos Aires des années 50. L’air a un parfum de Maté et de vieux cigare, les gens dansent le tango en écoutant Piazzolla et son bandonéon, la ville est flanquée de mille ruelles ténébreuses. On y croise des putes, des bureaucrates et des hommes étranges. C’est dans ce théâtre urbain aux accents européens (qui ressemble étrangement au Barcelone de Carlos Ruiz Zafon) que l’auteur dresse le portrait au vitriol d’une mystérieuse communauté : les antiquaires. Ces hommes voués à  l’immortalité sont une variation très originale et raffinée du mythe du vampire. Mais il serait faux, voire blasphématoire, de les rapprocher d’un folklore soit vulgaire à  la Twilight, soit sinistre à  la Bram Stoker. Il n’en est rien. Il n’est ni question de capes, ni de crocs ou griffes acérées et encore moins de cercueils poussiéreux ou de crucifix. L’auteur s’éloigne d’ailleurs avec humour des clichés vampiriques en créant un personnage de prêtre buveur de sang.

C’est donc dans un décor loin des brumes sinistres de Transylvanie que va évoluer un héros à  la fois commun et très spécial. Santiago Lebron, fraichement débarqué de sa petite province, va devenir tour à  tour réparateur de machine à  écrire, rédacteur dans un journal, informateur pour le ministère de l’occulte et enfin libraire. Dans le cadre de ses fonctions au sein du ministère de l’occulte – organisme chargé d’examiner l’activité des sectes et autres devins- le jeune Santiago va assister à  une étrange conférence, sera témoin d’un meurtre puis mis en relation avec ces fameux »antiquaires » ces hommes frappés d’un mal étrange, grands collectionneurs fuyant la nouveauté.

La soif Primordiale s’inscrit dans la veine des romans de Carlos Ruiz Zafon, car ces deux auteurs réussissent en effet à  distiller à  travers les pages une atmosphère enivrante (tant elle est mystérieuse) et à  raconter des histoires aux jeunes enfants-adultes que nous sommes. Entre vrai-faux polar fantastique et roman d’aventure ponctué d’amour, les histoires de ce conteur passionnent jusqu’à  la dernière page.

La soif primordiale fait également la part belle aux bibliothèques ainsi qu’aux livres et nous rappelle combien lire est une activité si fugace et précieuse.
A déguster comme un vampire mordrait un cou savoureux.

Sabine Sursock

La soif primordiale, de Pablo de Santis
Editions Métailié, Bibliothèque Hispano-Américaine
23 février 2012
ISBN-10: 2864248549
14,50€¬

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *