Lee Ranaldo – Between the times and the tides

Il y a,  des artistes qui ont tant marqué mes jeunes années d’éducation musicale qu’ils peuvent sortir à  peu près n’importe quoi aujourd’hui, je sais qu’abandonnant toute objectivité au vestiaire de mes illusions je suis conditionné à  leur pardonner.
Du côté obscur de cette force, je placerais Robert Smith et sa bande, dont je continue à  acheter corbac-quement tous les nouveaux opus, tandis que mon oreille se doit de reconnaitre une baisse de l’originalité qui préside à  l’exercice. Sonic Youth est aussi de ces groupes que je révère religieusement depuis Daydream Nation et dont chaque nouvel opus me titille le pan bruitiste. Et là  je me dois de reconnaître que si l’efficacité reste toujours au même niveau, c’est du côté de la surprise uniquement que le quatuor de Kim Gordon et Thurston Moore peine parfois à  me toucher.
Alors quand le guitariste rythmique (doit-on dire »mural » quand il s’agit de Sonic Youth?) de la formation sort son second disque de jeune premier à  l’heure où la plupart des syndicalistes rêvent de retraite, je suis déjà  tout chose par avance.
Parce que deux disques solo en presque trente ans de carrière du groupe où il officie c’est peu. C’est peu et beaucoup moins que son ami Thurston., Mais quand ce second album se pique d’aller titiller l’excellence en plus de la passionaria qui m’habite, je ne peux que rester coi.
Lee Ranaldo compose un album comme doivent en rêver chacun dans leur coin les Beady Eye de Liam Gallagher et, high flying birds de son frangin, mais aussi sans doute parfois Foo Fighters. Exit les lock grooves du premier essai solo de 1987 From here to eternity
(petit cours d’histoire musicale pour la génération MP3, le lock groove est cette musique que certain rockeurs se plaisaient à  construire sur base du dernier sillon du vinyle. On demandait au presseur de Vinyle de ne pas guider le sillon en fin de disque vers le trou central qui ferait se remonter le bras du diamant, mais au contraire, on rendait le dernier sillon complètement circulaire, rendant les derniers accords de l’album complètement hypnotiques puisque pouvant durer une éternité avant que l’auditeur ne vienne manuellement relever le bras de son tourne disque);
Ranaldo se pose ici en songwriter abouti, achevé, doué d’une vie propre, d’une conscience hors groupe et de la capacité à  enthousiasmer au delà  du cercle des seuls fans de la jeunesse sonique.
Soit un album qui prend au rock briton sa substance mélodique et y insère une grooooosse dose de magie à  la Neil Young et saupoudre le tout de la signature de Ranaldo chez Sonic Youth: les plages sonores tendues, chargées comme la marée au galop à  l’assaut du mont St Michel.
Pour réussir un album bien écrit et propre comme un sou neuf – la production ne laisse pas place à  l’erreur- Ranaldo prouve qu’il sait composer de vraies mélodies déclinées en plages rock ou en ballades hésitant entre folk,, Morrissey et Syd Barret. Mais quand on est membre d’un des gallions indé les plus importants du siècle on a des amis qui viennent poser leur savoir faire sur la galette, avec une humilité qui les honore., Jim O.’Rourke, Alan Licht,, Steve Shelley, et, Nel Cline, de, Wilco, prêtent instrument fort, au rockeur encore vert dont je (re)découvre la voix avec le plus grand plaisir.
Les meilleurs moments du disque sont pour moi ceux où la guitare se fait stratosphérique et proche de la patte Ranaldienne au sein du, Youth , comme, Xtina as I knew her, parce que je ne me refais pas, mais aussi des titres comme Fire Islands où il mélange cette patte à  une influence Neil Young , évidente. Quand il mélange les rythmes, les charges, les genres pour nous amener ensuite vers des ballades superbes, où (chacun ses goûts) j’y retrouve un peu moins, quant à  moi, mes petits même si toujours de discrets et subtils arrangements sont là  pour préserver la tension intacte tout au long du disque.
C’est donc bien volontiers que between the times and the tides hante ma platine ce printemps 2012, et que goguenard je me pique de constater que les papys du rock sont ici plus inspirés que les jeunes prétendants de la couvée de l’année.
Mange, écoute, bois jusqu’à  la lie, lecteur. Ceci est simple, direct, référencée et efficace dès la première note. Ceci est LE rock.
Denis Verloes

Tracklist

Date de sortie: 20 mars 2012
Label: Matador / Beggars / Naîve

Plus+
Le tumblr de Lee Ranaldo
Son espace perso

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *