Iori’s Eyes – Double Soul

Iori’s eyes est un duo italien qui renvoie aux grandes heures du trip hop. Surprise et créativité initiale ont disparu mais on peut se laisser tenter par un bon disque de genre.

On entre sur la pointe des pieds dans Double Soul, une voix qui vous parle à  l’oreille auréolée de claviers analogiques qui éclairent une mélodie souterraine ;,  pas de rythmique et le sentiment d’un groupe qui a envie de nous réveiller et nous sortir des limbes en douceur (Wake up friend).

En creux, ce duo milanais (une fille, Sofia Galloti, et un garçon, Claudio Nigliazzo) affirme déjà  son style sans en dévoiler toutes ces facettes. Aucune influence italienne à  l’horizon, Iori’s eyes semble plutôt venir de Bristol. La paire est effectivement trip hop, avec la classe que ce mot sous-entend, et le rythme diffusé sera le plus souvent down tempo (A l’exception de Something ‘s Comin’ over me adopte une rythmique groovy et de They Used to Call it Love, entre lounge et IDM) et largement mélancolique. L’ambiance est feutrée, introvertie et finalement très urbaine.

On retrouve certains aspects entendus – et aimés – chez Massive Attack, Snooze (le dernier DYSWRTW) l’Archive de Londonium (peut-être la référence la plus évidente) ou les moins connus Bambi Namboos.,  Comme ces illustres ancêtres, Double Soul mêle aux sons de synthés analogiques et aux samples des aspects importants de la black music. Les emprunts dub sont bel et bien là  (All The People Outside are Killing my Feelings), les accords parfois jazzy (Winter Olympics chanté par Sofia, sosie vocal de Roya Arab) et surtout une soul, cité dans le nom du groupe et même deux fois qu’une. La présence androgyne de la voix distille en effet cette humanité et cette chaleur (Vlad). Double Soul ne fait jamais faire appel à  une voix de rappeur : Claudio Nigliazzo rappelle parfois le phrasé spécifique de 3D sur Bubblegum ou sur In Love with Your Worst Side (un titre où participe Aucan) mais peut passer facilement de ce chanté-parlé ténébreux à  une voix de tête lumineuse : ce point est un des atouts majeurs d’un disque qu’on écoute avec un plaisir déjà  largement connu (et pour ainsi dire daté) mais non feint. Un bon petit disque trip Hop.

3_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 3 Septembre 2012
Label : La Tempesta International

Plus+
Video de All the People outside…
Video de Bubblegum
Site

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *