Metric – Synthetica / Pamela Hute – Bandit

Il est facile de rapprocher Metric et Pamela Hute. Séparés par un océan certes mais ensemble dans la volonté commune de faire des popsongs mainstream tout en gardant force et personnalité et de mélanger claviers et guitares pour y parvenir. Plus ou moins réussi.

METRIC – Synthetica

Le groupe d’Emily Haines monte, monte…Les Canadiens ont dépassé les 500.000 exemplaires de leur Fantasies en 2009. Commercialement, Metric commence donc à  compter avec comme dernières preuves, une participation sur la BO de Twilight III et le désir du groupe de se prendre en main en créant son propre label. Artistiquement, c’est moins évident. Après le coup d’éclat de leur premier album, Old world Underground, where are you now ? (et quelques singles marquants comme Succexy ou Dead Disco), le groupe était tombé dans une sorte de ronron ; ce qui nous avait valu de nouveaux albums de série bien ficelés certes mais manquant d’âme. Avec Synthetica, le groupe tente le saut qualitatif en choisissant de faire évoluer leur recette éprouvée. La volonté est toujours la même : rythme catchy voire dansant ; mélodie fédératrice pour ne pas dire mainstream. Mais les ingrédients sont un poil différents avec une présence accrue de claviers comme annoncée dans le nom même de l’album. Pas de révolution non plus, Emily Haines, en plus du chant, a toujours été débout derrière un synthé. Mais ici, l’enrobage synthétique est plus présent, y compris dans les effets entourant la voix. Metric essaye de trouver le même équilibre que Cardigans – qui avait évolué de manière équivalente avec Gran Turismo – ou nos Français de Ginger Ale (The Void, le titre le plus new wave du disque)…ou Pamela Hute. L’évolution est prégnante dès l’ouverture, pour ce qui reste le meilleur titre de l’album, un Artificial Nocturne, riche odyssée en terre synthétique. Elle donnera aussi une plus grande profondeur in fine au cosmique Nothing but time.,  Ailleurs, ce sera le son léger et spécifique d’une boite à  rythme qui cadencera une pop sucrée de Lost Kitten. Ou une rythmique martiale proche de Nine Inch Nails (version adoucie tout de même) sur Youth without Youth (bon single efficace). Les guitares disparaissent totalement sur Clone pour réapparaître sur le mal nommé Synthetica (petit morceau nerveux et deuxième single probable). Pourtant si la production prend de l’ampleur, elle lisse un peu ce qui faisait le sel de nos Canadiens, un esprit rock intact malgré des mélodies un peu convenues.,  Et cette vieille ganache de Lou Reed, invité de luxe sur The Wanderlust ne changera rien à  l’affaire. Le groupe qui avait sinon quelques accointances avec le disco-rock, n’y va pas non plus franchement, ne sortant aucune bombe ou presque destinée aux dancefloors. Dommage. Metric veut sans doute trop ménager la chèvre et le chou et ne tranche pas. Gageons que ce nouvel album se vendra encore plus que le précédent…

2_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 25 juin 2012
Label / Distributeur : Metric Music International / Pias

Plus+
Site
[vimeo 43940325 w=500 h=281]

Metric – Youth Without Youth from Metric on Vimeo.

PAMELA HUTE – Bandit

Les claviers Pamela Hute, ils connaissent !,  L’utilisation d’un synthé à  la place d’une basse fait partie du deal de départ de ce groupe qui a pris pour patronyme le nom de sa chanteuse/guitariste. Annoncé par un premier EP, le déjà  troisième album des Parisiens reprend les choses là  où Turtle Tales From Overseas les avait laissées. Pas de mini-révolution ou de changement : Bandit est du Pamela Hute pur jus. Mélodies efficaces, voix avec ce semblant d’émotion affectée qui rend le timbre élégant, la musique cultive sa pop attitude tendance britannique (The Pretenders dans l’écriture), sans que nos Frenchies n’aient à  rougir de la comparaison. Cela donne quand même quelques sentiments de déjà  vus comme Just Like This et ses appels du pied à  The end has no end des Strokes. L’expérience la plus dansante du disque, The Radio, ne fait pas non plus dans la dentelle et l’originalité pour atteindre son but et fait plus qu’évoquer une homonymie de titre avec My radio de Solvent. Il n’empêche Pamela Hute arrive à  garder un côté rock non assagi (même sur le formaté The radio, il y a un pont punkisant gratuit mais salvateur), un ADN qui les rapproche parfois d’Elastica (Vectorial Boy). Ils utilisent aussi au mieux la palette de ses claviers : des bips pour relancer l’intensité, des claviers analogiques amenant au-delà  de leurs belles sonorités,,  amertume et mélancolique et un piano favorisant les envolées (Game Plan tout en nuances). Bandit est fait d’une alchimie déjà  testée et approuvée mais toujours charmeuse (Pensons à  PJ Harvey). Petit bémol, la production semble venir tout droit des années 90, ce qui fait perdre un peu à  Pamela Hute sa force d’impact. Vous imaginez ce que Bandit aurait donné s’il avait été produit par Metric ? Tiens, la voilà  finalement la solution !

3_5.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 27 Août 2012
Label / Distributeur
: Tôt ou Tard / Warner

Plus+
Site

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *