Mathieu Boogaerts – Mathieu Boogaerts

Une grosse paire d années après un I love you anglophile composé à  la batterie, quelques mois après une série de concerts-marathon à  la Java (à  deux pas de République à  Paris), Mathieu Boogaerts remet le couvert sur un nouvel album. Chic

Mathieu Boogaerts c’est depuis près de 20 ans maintenant, un parcours bien tracé, sans compromission. Cet autodidacte de la musique né en région parisienne, me disait récemment en interview la chance qu’il se savait avoir, de bénéficier au fil des ans, d’une une petite base d’amateurs qui achètent ses disques et viennent aux concerts, suffisamment pour qu’il puisse vivre de la musique et continuer de faire exactement ce qu’il veut.

Et, si I love you avec son phrasé francophile explorait à  la fois l’idiome de Shakespeare et le versant pop de Mathieu Boogaerts;, l’album eponyme paru début octobre 2012 semble quant à  lui taillé du même bois »quintessentiel » plutôt que naîf, dont le bonhomme a construit ses premiers albums. Pas prêt à  céder aux modes et sirènes, Boogaerts nous envoie des vignettes intransigeantes de sa cave transformée en studio. Avec pour seule ligne de conduite: l’envie. Avec pour compagnons des arrangements de cuivres aux noms imprononçables.

Mathieu Boogaerts est avec les 41 ans au compteur kilométrique de son auteur, avec ses préoccupations adultes et son inspiration toute personnelle, comme une version plus mûre du Super qui l’a fait connaître., Plus mûr en ce que le disque témoigne d’une maîtrise encore plus grande de la langue et de son rythme. Jamais plus mûr comme on dirait classique et chiant. Mathieu Boogaerts nous parle de plaisir et de sexualité, et le côté cru probable est contrebalancé par un timbre mineur qu’une écoute inattentive prétendrait pleine de »mignoncité ». La vie adulte passe à  la moulinette de son regard empli de poésie.

Mathieu Boogaerts est aussi riche de la musicalité interne de ses mots, et de l’habitude de son auteur à  privilégier le rythme de la phrase aux règles de la poésie française. Les sons se répondent. Les assonances et allitérations prévalent aux règles de la grammaire et de l’orthographe, dans un nouvel album où le son de la voix est en lui-même un des instruments du disque.

Mathieu Boogaerts raconte son auteur galvanisé par près d’une année de concerts en résidence: simplicité, quintessence, musicalité, intransigeance, poésie. Il place une nouvelle pierre angulaire aux fondations fondamentales de son travail. Réussi.

Denis Verloes

Tracklist

Label: Tôt ou tard / Warner
Date de sortie: 01/10/2012

Plus+
Le site officiel
La page facebook
La critique de I love you
Le clip de Avant que je m’ennuie

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *