Concrete Knives – Be your own king

Parmi les disques qui nous auront mis franchement la patate cette année, le premier album des Concrete Knives mérite sans aucun doute la première place.

Simon Raymonde, l’ex-Cocteau Twins, boss de l’intouchable label Bella Union (Midlake, Beach House, Fleet Foxes« ) ne s’y est donc pas trompé en signant ce quintet caennais dont la musique limpide et efficace semble bien partie pour conquérir tous ceux qui aiment bouger en écoutant du rock.

Sincérité, vitalité, naturel, semblent être les maitre-mots de ces normands dont la musique dégage en permanence facilité assez remarquable et que l’on peut apprécier dès la première écoute de »Be Your Own King« .
Basé avant tout sur des mélodies légères et des refrains en choeur très toniques, les chansons de Concrete Knives (dont 3 étaient déjà  présentes sur l’excellent EP, »You Can’t Blame The Youth » avec l’inusable »Greyhound Racing » !) sont une invitation perpétuelle à  la danse, à  la fête ou simplement à  sauter dans tous les sens.

Irrésistibles en concert, (le groupe s’est fait repérer en 2011 au festival »M Pour Montréal »), les Concrete Knives transforment en or tout ce qu’ils touchent, faisant de chaque titre ou presque, un hymne pop, un morceau qui tue ou simplement un truc qui défoule. Et si l’album ne dure que 35 minutes, ce sont 35 minutes de pure énergie, de jovialité, de fraîcheur et de jeunesse retrouvée. Un disque où la guitare de Nicolas Delahaye et la voix de Morgane Colas se tiennent au coude à  coude, démontrant là  une jolie complicité pour une exhibition de haut vol, tutoyant en permanence les sommets, ceux d’une pop décomplexée et franche dont on profitera des bienfaits jusqu’à  la nouvelle année.

Benoît Richard

Quand un album convoque à  ce point notre jeunesse dans les nineties en rappelant des souvenirs de mélodies pop rock mi sucrées façon Pavement ou Papas Fritas, qu’il mélange ces ingrédients à  du gros post punk à  la Pixies et à  des influences métissées comme on en découvert du côté de Vampire Weekend et de Fools Gold, pourquoi faire la fine bouche? Quand le groupe se trouve en plus être originaire de Caen et ne rien devoir à  la mode du retour en vogue de la France des années 80, moi je dis hourra! Fonçons. Par ailleurs… Concrete Knives est addictif.

Denis Verloes

 

Tracklist

Label: Bella Union /Cooperative Music
Sortie : 29 octobre 2012

Plus+
Le site officiel
Le compte Twitter
la page facebook

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *