Meilleurs Films 2012 : le choix de la rédaction

Voici donc les quatre films qui semblent avoir eu la préférence en 2012 des deux chroniqueurs cinéma et de leurs collègues pas moins cinéphiles.

Il ne semble pas se dégager une thématique particulière pour 2012, hormis à  considérer de façon un peu simpliste que le cinéma demeure le territoire du rapport au monde, attestant par là -même de l’état de la société. Les crises tant économiques qu’existentielles, donc aussi bien collectives qu’individuelles, sont toujours présentes au coeur des oeuvres sorties cette année. Take Shelter de l’américain Jeff Nichols et Oslo, 31 août du norvégien Joachim Trier ont mis en scène deux personnages en proie à  leurs démons intérieurs : l’un victime d’une paranoîa apocalyptique dont on sait qu’elle a contaminé les États-Unis depuis longtemps, renforcée depuis septembre 2011 ; et l’autre incapable de faire face à  sa soif d’absolu. Au-delà  de ces thèmes qu’on s’attend dorénavant à  retrouver en toute logique, la bonne surprise du millésime est de voir, de temps à  autre, surgir des oeuvres radicales et novatrices, croyant encore au miracle de la création, à  la magie du septième art, ainsi qu’à  l’intelligence et à  la curiosité du spectateur. Dans cette compétition où, somme toute, les participants ne sont pas si nombreux, le tiercé est remporté par le portugais Miguel Gomes (Tabou), le français Leos Carax (Holy Motors) et les italiens Taviani (César doit mourir). Ils ont livré des films si stupéfiants et ébouriffants qu’ils se sont inscrits durablement dans notre mémoire. Plus que jamais, les films du monde entier nous parviennent, attestant cette année du renouveau du cinéma russe (Elena, Portrait au crépuscule), de l’activité toujours vive et salutaire du cinéma iranien (Une seconde femme, Les Enfants de Belle Ville). Enfin, souvent décrié et moqué, le cinéma français reste, me semble-t-il, un cinéma de création où s’expriment des talents singuliers qui s’emparent du réel pour mieux le malaxer. Noémie Lvovsky nous a enchantés avec Camille redouble, film léger et grave, audacieux et brillant, drôle et profond. Benoît Jacquot nous est revenu très en forme avec le très beau Les Adieux à  la Reine, tout comme François Ozon a livré son meilleur film depuis longtemps (Dans la maison), tandis que les plus confidentiels A moi seule et A perdre la raison tissaient des trajectoires complexes et tragiques. La Palme d’Or de Cannes 2012 a beaucoup divisé, mais Amour fait exactement partie de la catégorie des films qui interagissent avec le parcours, la vie du spectateur. Je continue à  prétendre que ce film, parfaitement en phase dans toute la filmographie de son auteur, est particulièrement juste et tenu, sobre et émouvant, sans jamais chercher l’émotion facile. Signalons pour finir que le dernier trimestre nous a permis de voir deux magnifiques documentaires : Traviata et nous, et Les Invisibles. Hormis leurs qualités intrinsèques, ces deux films nous ont permis de fréquenter pendant quelques heures des personnes magnifiques qui nous ont réconcilié avec le genre humain. Après tout, comme le disait François Truffaut, la vie est bien plus belle au cinéma. Pourvu donc qu’il en soit toujours de même en 2013.

Patrick Braganti :

01. Tabou, de Miguel Gomes
02. Oslo, 31 août, de Joachim Trier
03. Take Shelter, de Jeff Nichols
04. Holy Motors, de Les Carax
05. César doit mourir, de Paolo et Vittorio Taviani
06. Camille redouble, de Noémie Lvovsky
07. A perdre la raison, de Joachim Lafosse
08. Amour, de Michael Haneke
09. Les Invisibles, de Sébastien Lifshitz
10. Summertime, de Matthew Gordon

Benoît Richard :

01. Take Shelter, de Jeff Nichols
02. Argo, de Ben Affleck
03. Franckenweenie, de Tim Burton
04. Hasta la vista, de Geoffrey Enthoven
05. Une seconde femme de Umut Dağ
06. Moonrise Kingdom, de Wes Anderson
07. Martha Marcy May Marlene, de Sean Durkin
08. Killer Joe, de William Friedkin
09. Adieu Berthe – L’enterrement de mémé, de Bruno Podalydès
10. L’amour dure trois ans, de Frédéric Beigbeder

Denis Zorgniotti :

1-La Taupe (Tomas Alfredson)
2- Oslo le 31 Août (Joachim Trier)
3- Barbara (Christian Petzold)
4- Martha Marcy May Marlene (Sean Durkin)
5- Elena (Andrei Zviaguintsev)
6- Despues de Lucia (Michel Franco)
7- Summertime (Matthew Gordon)
8- Millenium – les hommes qui n’aimaient pas les femmes
9- César doit mourir (Paolo et Vittorio Taviani)
10- L’enfant d’en haut (Ursula Meier)

Jean-Baptiste Doulcet :

1) Tabou,  (Miguel Gomes)
2) Faust (Alexandre Sokourov)
3) Oslo, 31 août (Joachim Trier)
4) Laurence Anyways (Xavier Dolan)
5) The We and The I (Michel Gondry)
6) The Woman (Lucky McKee), , ,  (Inédit)
7) The Descendants (Alexander Payne)
8) J. Edgar (Clint Eastwood)
9) Vous n’avez encore rien vu (Alain Resnais)
10) Camille redouble (Noémie Lvovsky)

Jean-Francois Lahorgue :

1. Take Shelter, de Jeff Nichols
2. Camille Redouble, de Noémie Lvovsky
3. Amour, de Michael Haneke
4. De rouille et d’os, de Jacques Audiard
5. Les bêtes du Sud Sauvage, de Benh Zeitlin

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *