Gimme the Loot – Adam Leon

Les mésaventures du détonnant duo formé par un garçon et une fille devant trouver 500 dollars pour se voir autorisé l’accès au stade où ils comptent bien réaliser le graffiti qui les rendra célèbres ne manquent pas de charme ni d’énergie. Parce qu’elles ne se prennent jamais vraiment au sérieux, parcourent des quartiers de New York loin des gratte-ciels de Manhattan et révèlent quelques bonnes surprises dans l’accumulation des déconvenues et des galères des deux héros qui, malgré la perte de baskets ou le vol de l’argent à  peine récupéré, ne se départissent jamais de leur énergie, de leur bonne humeur et leur tchatche inépuisable. Une cool attitude en somme qui se communique à  l’ensemble du film qui se laisse regarder avec plaisir, aidé aussi par son format court et resserré. Pas certain en effet qu’il aurait souffert une durée plus longue. Derrière les mots orduriers et le langage imagé, devenus là -bas comme ici la norme des échanges brutaux entre adolescents, se cache souvent une véritable tendresse qui humanise forcément le film qui ne verse jamais dans la caricature. Le curieux attelage que forment les deux as de la bombe sert aussi à  mettre en relief la dégradation des rapports entre les deux sexes. La jeune Sofia a fort à  faire pour trouver (et garder) sa place dans un monde essentiellement masculin, tout en devant faire preuve de maturité et d’imagination face au comportement parfois puéril et irresponsable de son pote. Il fait très chaud au propre comme au figuré dans le Bronx et le Queens et cette impression de moiteur et d’étouffement transparait dans les images aux lumières aveuglantes. La balade est agréable et sympathique.

Patrick Braganti

Gimme the Loot
Drame américain de Adam Leon
Sortie : 2 janvier 2013
Durée : 01h21

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *