Les Amants passagers – Pedro Almodóvar

Le réalisateur le plus célèbre d’Espagne, Pedro Almodóvar, accompagne dans son nouveau film Les Amants passagers la déconfiture économique et sociale de son pays. Loin des mélodrames et des thrillers qui ont jalonné son oeuvre des dernières années, ce nouvel opus adopte le ton de la farce et de la comédie. Avec le plus souvent des gros sabots, sans faire dans la finesse ni la subtilité, flirtant davantage avec le mauvais goût et la vulgarité. Même si les apparences sont aussi trompeuses, puisqu’après tout le rire, fût-il très jaune ou noir, est toujours la politesse du désespoir. l’avion qui doit rejoindre Mexico et qui connait un incident technique de premier ordre l’obligeant à  trouver une piste d’atterrissage d’urgence est donc la parfaite métaphore d’un pays en totale déroute, recherchant une solution pressentie comme foireuse, mais hélas unique et incontournable.

À bord, le pilote et son équipier, bisexuels, secondés par un trio de stewards complètement pédés tentent de cacher la gravité de l’affaire aux passagers. Alors que ceux de la classe éco (les pauvres, évidemment) sont plongés dans un profond sommeil artificiel, les happy few de la classe business, plus méfiants et inquisiteurs (les riches paranoîaques et préoccupés de leurs intérêts) sont calmés par l’alcool et les drogues que l’équipage procure à  satiété, sans omettre d’en consommer pas mal aussi. Lorsque la mescaline produit ses effets, c’est la débauche sexuelle qui règne dans la cabine et le cockpit. La morale de l’ensemble pourrait être sympathique, voire épicurienne, : quand il n’y a plus d’espoir, autant oublier, vivre sans avenir, en baisant, picolant et avalant des pilules. Hélas, cette surconsommation n’est qu’illusoire, en offrant des paradis fictifs et provisoires. l’ersatz d’orgie et de franchissement des limites n’est donc qu’une chimère aux yeux du réalisateur de Parle avec elle, chez qui la chair n’a jamais été aussi triste, les personnages pessimistes et cyniques. À dix mille pieds, le lupanar volant, en dépit du dévouement des trois stewards, ne parvient pas à  échapper à  la morosité, guettant avec anxiété le dénouement. Heureusement, Pedro Almodóvar n’a pas sombré en totalité dans la noirceur et le désenchantement. Lorsqu’il s’extrait (par les appels téléphoniques qui résonnent en écho dans toute la cabine) de l’avion égaré, c’est pour installer en quelques instants des bribes d’histoires romanesques et émouvantes, où percent tous les thèmes chers au cinéaste. Il suffit ainsi de quelques plans, des notes d’Alberto Iglesias, pour se retrouver en territoire connu.

Film à  la fois mineur et dépressif, à  l’écriture néanmoins millimétrique, attestant une fois encore des qualités de son metteur en scène. Les plans ultimes d’un aéroport flambant neuf, mais inoccupé, comme laissé à  l’abandon signent une comédie à  l’esprit ouvertement gay et kitsch, aux dialogues crus et incisifs, qui ne tient pas toujours la distance. Sans doute une conséquence de l’altitude »

Patrick Braganti

3.gif

Les Amants passagers
Comédie espagnole de Pedro Almodóvar
Sortie : 27 mars 2013
Durée : 01h30

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *