Pttrns – Body Pressure

La musique électronique, une passion allemande. Certainement ! Mais, on n’attendait pas forcément les Teutons sur le terrain du groove, entre disco moite, pop sensuelle et même musique africaine. Pttrns, sans voyelle mais pas sans talent !

Musique électronique, c’est vite dit car si chez Pttrns, il y a effectivement des claviers, des gros sons analogiques et du synthé basse, ces éléments ne sont qu’une partie de l’instrumentation du quatuor. Il y a aussi une faculté innée à  mettre en boucle avec gourmandise la musique dans une répétition rythmique ; un héritage de la house pourrait-on dire, mais n’est-ce pas l’apanage de toutes les musiques de danse – et donc bien avant la House ?. Car justement, les quatre de Cologne, s’amusant à  faire tourner leurs instruments (« everyone plays everything » est affiché dans les crédits), , s’inscrivent dans une histoire plus longue et nettement plus organique. Des années 80, ils ont pris le côté funk blanc, les claviers disco et l’esprit post-punk dans sa version la plus ronde et la plus sexy. Un mélange proposé à  l’époque par A Certain Ratio, , et aujourd’hui restitué par Hot Chip,, The Rapture ou The Audience, si l’on veut rester à  tout prix en terre allemande.

Pttrns est très sophistiqué dans ses mélodies (Strong talk comme preuve évidente)., Mais, sa, musique, est surtout un appel du pied pour revenir à  des sens primaires : , une voix de fausset joue la carte de la sensualité (là  où une autre rappelle le timbre élégant de, Joe Jackson). Et puis, l’omniprésence des percussions, toujours promptes à  partir à  l’abordage, vous invitent à  danser tout simplement et, frénétiquement, aidées en cela par une basse aux boucles infernales. Cette fameuse Body Pressure annoncée dans le titre. Cela donne un imparable Healing où l’arrivée d’une belle couche de clavier, fait encore monter l’ambiance d’un cran. Sur Dice, les Allemands, décomplexés et faisant fi de toute case, marquent leur intérêt pour la musique africaine (à  se demander même, si le math rock n’a pas pris sa source dans l’afro-beat ?). Plus calme mais fourmillant d’idées, Major Nature résonne au son de talking drum, réconciliant folk africain et électro-minimale allemande. Pttrns ne manque pas de ressource et reste, en toute circonstance, un groupe fun.

4.gif

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 12 avril 2013

Label / Distributeur : Altin Village & Mine, / la Baleine

 

Plus+
Bandcamp

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=4UgHL8kGKb0&w=460&h=259]

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *