Enfance clandestine – Benjamin Avila

Très beau film puisé dans le propre parcours du réalisateur qu’il parvient néanmoins à  retracer avec une certaine distance (l’épisode ‘amoureux’ est ainsi un ajout) tout en restant à  hauteur d’enfant. Sur un sujet tragique, le film distille cependant une atmosphère douce. Le recours à  l’animation pour illustrer les moments les plus violents et la transposition des rêves de Juan participent largement à  cette impression. Dans cette période de terreur et de représailles qui caractérisent la dernière dictature militaire en Argentine, le réalisateur n’omet pas de rappeler que l’esprit était aussi à  la fête, à  l’exaltation salutaire d’un instinct de vie qui voulait croire en la force des idées et en la capacité de changer le monde. Comment être un garçon de 12 ans, à  la fois aimé par ses parents et complètement associé à  leurs luttes à  son corps défendant. Égoîsme ou inconscience de leur part, aveuglement dû à  leur engagement qui régit leur existence et relègue à  l’arrière-plan leur rôle d’éducateur. Tout en délicatesse et finesse, Enfance clandestine appartient donc à  la catégorie des films initiatiques et fait de Juan l’alter ego sud-américain de Ellis, le jeune héros nord-américain de Mud. Si le contexte et l’époque sont différents, il y a incontestablement beaucoup de similitude entre les deux expériences de ces deux enfants abordant les rivages de l’âge supérieur.

Patrick Braganti

4.gif

Enfance clandestine
Drame argentin, espagnol, brésilien de Benjamin Avila
Sortie : 8 mai 2013
Durée : 01h50

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *