Only God Forgives – Nicolas Winding Refn

On avait pressenti depuis plusieurs films que le réalisateur danois n’était qu’un piètre faiseur, surfant pour le bonheur de ses jeunes spectateurs incultes et façonnés à  l’uniformisation du goût (par ailleurs très discutable) sur les codes de la transgression et de la violence, le tout emballé avec prétention et ostentation, révélant au final la vacuité abyssale de l’ambition. Si on pouvait reconnaitre à  Drive une première demi-heure pleine de promesses, hélas non tenues, on n’aura même plus ici la possibilité d’une rémission inaugurale tant le film nous plonge dès les premières minutes dans l’accablement, l’ennui et l’incompréhension. La relecture du complexe oedipien dans une Bangkok des trafiquants de drogues et gangsters se voudrait une expérience mystique. Elle n’est cependant qu’une succession de posters léchés où domine le rouge flamboyant. Entre cette esthétique de pacotille bâtie autour de la répétition des plans en enfilade et en perspective et l’omniprésence d’une musique surlignant le tout, on ne parvient jamais à  s’intéresser au destin de ce fils mal aimé par une mère castratrice et dominatrice. Toujours retranché derrière son statut iconique résumé en un physique magnétique, Ryan Gosling livre le jeu désormais rebattu de l’homme seul et mutique,sans ici la moindre once de mystère et de séduction. Blonde platine, la comédienne britannique Kristin Scott Thomas se rêve en clone de Madonna à  qui elle emprunte cette attitude savamment vulgaire et provocante, qui suscite à  peine le sourire. Continuant à  mettre en scène avec une complaisance de plus en plus écoeurante une violence inutile qui finit de remettre le film à  sa place – celle d’un divertissement vain et prétentieux – le réalisateur montre du coup les limites vite atteintes d’un talent largement surestimé, mais qui réussit à  faire illusion puisqu’il fait partie de la sélection officielle de Cannes. On ne voit pas un meilleur moyen pour décrédibiliser le festival français.

Patrick Braganti

1_5.gif

Only God Forgives
Thriller danois de Nicolas Winding Refn
Sortie : 22 mai 2013
Durée : 01h30

Envie de partager :

One thought on “Only God Forgives – Nicolas Winding Refn

  1. Bonjour Patrick,

    Je tiens à préciser en préambule que je ne suis pas un fan de Nicolas Winding Refn heurté par ta chronique. Je n’ai pas encore vu ce film dont j’attendais pas mal, et j’avoue que le teaser m’a déçu.

    Par contre je pense sincèrement que tu n’as pas vu les films de Nicolas Winding Refn (Bleeder, Inside Man, Pusher 1,2&3, Bronson ou encore l’immense Valhalla Rising), ou alors tu ne pourrais pas dire ça. Ou alors contredis moi.

    Bien à toi,
    Ju

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *