L Entrevue, de Manuele Fior

Les amateurs de bande dessinée n’ont sans doute pas oublié les précédents livres de Manuele Fior que sont »Cinq mille kilomètres par seconde » (prix du meilleur album à  Angoulême en 2011), »Icarus » (éditons Atrabile) ou encore »Mademoiselle Else » (Delcourt). Des livres dans lesquels l’auteur italien nous contait des histoires étranges, empruntes de poésie, de mélancolie et dans lesquelles il est souvent question de sentiments humains et de solitude dans nos sociétés modernes. Des livres assez bouleversant qui nous plongent au coeur de l’âme humaine.

Il est encore question de relations humaines dans »l’Entrevue » avec une histoire assez bizarre mettant en scène dans un futur proche (2048) un psychologue en instance de divorce nommé Raniero. Victime d†˜un accident de voiture, notre homme semble avoir aperçu un ovni dans le ciel. Malgré le choc lié à  l’accident, il se rend quand même au travail le lendemain. Là , il fait la connaissance d’une nouvelle patiente nommé Dora. Très vite, il se rend compte que cette jeune femme a de visons similaires aux siennes. Très attiré par elle, il doit accepter que cette femme soit une adepte d’une nouvelle charte sociale qui préconise l’amour libre.

Dans ce récit d’anticipation assez complexe, un peu décousu par moment mais malgré tout très captivant, Manuele Fior fait encore preuve d’une belle maestria pour nous raconter cette histoire, ce conte fantastique où il est question d’un monde nouveau en plein essor mais aussi culturellement où l’on voit les générations se disputer au sujet d’une certaine forme de libération dans les pratiques sexuelles. Parallèlement, on assiste à  la fin de la vie de couple de Raniero et de sa femme et en même temps à  la relation plus étrange, plus ambiguë aussi, entre le psychologue et sa jeune patiente, tous deux en quête de réponse et de reconnaissance.

C.’est donc une histoire véritablement étrange et assez fascinante par moment que vient renforcer le dessin noir et blanc de l’auteur, avec des nuances des gris très subtiles dans des planches débordantes de douceur, de poésie, de légèreté et de mélancolie.
Difficile à  la fin de dire si l’on a aimé ou pas cette histoire, mais quoi qu’il en soit »l’Entrevue » restera comme un doux moment de lecture où l’on se laisse porter plus par l’ambiance surnaturelle qui en ressort plutôt que par le scénario proprement dit.

Benoit RICHARD

l’Entrevue
Scénario & dessin : Manuele Fior
Editeur : Futuropolis
176 pages – 24€¬
Parution : avril 2013

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *