10 films de chevet de Jean-François Lahorgue

Choisir 5, 10, 15 ou 20 films, ou plus encore, c’est réduire sa propre vision du cinéma à  l’essentiel. C.’est faire des choix difficiles pour faire comprendre au mieux nos goûts et nos sensibilités, sans prétention aucune, sans asséner aucune vérité car nous avons tous des coups de coeur différents, des oeuvres d’art qui s’imposent à  nous comme des fulgurances, autrement dit des oeuvres de chevet pour simplifier le principe.

10 films de chevet de Jean-François Lahorgue :

La nuit du chasseur, de Charles Laughton (1955)
Tout est là . Le sens de la vie, le cinéma dans toute sa beauté, un brassage culturel, métaphysique qui emporte tout, avec une maestria qui laisse pantois.
Un film dingue et incroyable, Laughton s’est suicidé juste après, je peux comprendre, il nous laisse une seule oeuvre mystérieuse, fascinante et quasi-mystique. Sur mon podium depuis des lustres, et d’ores et déjà  indétrônable.


Sueurs froides, de Alfred Hitchcok (1958)

Le maître. Et, pour moi, son chef-d’oeuvre. Difficile de s’étendre sans user uniquement de superlatifs. Je ne remercierai jamais assez ma prof d’anglais de 2nde pour nous avoir fait étudier ce film, les autres comprenaient pouic, j’étais fasciné. Et je le suis toujours. Comme son titre anglais l’indique, c’est simplement vertigineux.

Mulholland Drive, de David Lynch (2001)
Le choc le plus récent au cinéma (c’est dire…). Lynch m’a sans problème embarqué dans son délire intense, sensuel, dantesque, aux frontières de la folie et du bizarre. J’adore sans réserves, je prends tout, je dévore, Lynch est une drogue dont je pense être accroc (sauf son ultime bad trip en date »inland empire »)

Amadeus, de Milos Forman (1984)
Le film »académique » parfait. je mets entre guillemets académique, car il peut en être qualifié même si pour moi, il est toujours un peu en dehors du cadre, un peu marginal, un peu fou, comme son héros. Et puis, j’aurais voulu être Mozart, cette vie magnifiquement filmée a dû être la mienne et j’ai été (mal) réincarné… :))

Underground, de Emir Kusturica (1995)
Pour moi, le film qui correspond à  mes 20 ans : entre folle ivresse et gueule de bois. Un film excessif, bordélique, jouissif, non exempt de défauts mais qui font son charme.

Tout sur ma mère, de Pedro Almodovar (1998)
Gros coup de coeur pour ce film de femmes vues par un homme. Putes, mères, sidéennes, vieilles, trans, stars has-been, junkies ou amantes, elles sont toutes magnifiques, et Almodovar a le don de transformer n’importe quelle séquence casse-gueule en grand moment d’émotion. Bouleversant.

Les Diaboliques, de Henri-Georges Clouzot (1955)
Ambiance, scènes dingues, Signoret qui régente tout ce petit monde, Véra Clouzot aux abois, Meurisse qui sort de la baignoire, l’internat, la lumière, le blanc/noir, les plans millimétrés, la frousse à  chaque dernier plan. Du très très grand art.

Le Tombeau des Lucioles, de Isao Takahata (1998)
Je pleure peu au cinéma. Première fois, c’était Bambi. Dernière fois, ce dessin animé japonais terrible et magistral. D’une cruauté hors du commun, d’une force évocatrice sans pareilles, c’est nos peurs de l’enfance et nos peurs du monde qui ressortent sur pellicule animée impeccable. Dixième fois que je le vois – je l’étudie avec mes élèves, je ne m’en remets toujours pas.

The Commitments, de Alan Parker (1991)
Je l’ai revu récemment, ça a pris une petite claque. Et pourtant, à  sa sortie, j’ai trouvé ça passionnant : l’irlande des prolos, la soul, les bitures, les potes, et ces standards méchamment bien repris…j’adore toujours en secret la BO que j’ai gardée en K7…les seules qui sont restées…

Le Père Noël est une ordure, de,  Jean-Marie Poiré (1983)
Culte, oui. Pour moi beaucoup, mais pas que pour les dialogues ou les scènes toutes ultra-connues. pour ma part, c’est d’une acuité sans faille sur la société contemporaine et le cynisme ambiant. En ce sens, c’était extrêmement novateur à  l’époque, et jamais inégalé depuis. Ce film ne pourrait plus se faire en ces actuelles années tiédasses.

Envie de partager :

One thought on “10 films de chevet de Jean-François Lahorgue

  1. Sélectionner ses 10 films préférés, films de chevet. Exercice difficile mais ô combien passionnant.
    C’est marrant car sur ta sélection, je les ais tous aimé et certains pourraient même être dans mon Panthéon cinématographique personnel :
    « La nuit du chasseur », « Sueurs froides », « Mulholland Drive », « Underground » et « Tout sur ma mère » sont les meilleurs de chacun de leur créateur, sauf pour Charles Laughton dont c’est le seul et unique !

    A + + et bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *