Tristen – Mars en Marche

Au début des années 90, Dominique A. avait réformé la chanson française. La formule est définitive mais le fait historique. Il assumait des influences anglo-saxonnes (new wave, noise…) tout en gardant une plume en français et en soignant ses textes. Malheureusement, la face du monde…ou plutôt de la France n’a pas été changé. Car Dominique A. était seul un vrai franc-tireur dans un terrain miné. Il n’était pas le seul : Sylvain Vanot, Mathieu Boogaerts dans un autre style. Mais eux-aussi étaient, dans leur style, des solitaires indécrottables. Et je ne parle même pas de Murat, toujours prêt à  sortir fiel et fusil pour protéger son Auvergne natale. Et de ces talents séparés, rien ne jaillit durablement ; la télé de Drucker resta la télé de Drucker et s’y rajouta, ensuite, celle de la Star Academy et de consort. La messe était dite.

Aujourd’hui avec Tristen, le bon vieil adage »l’union fait la force » reprend du service. Et l’accession au pouvoir médiatique – première étape vers un pouvoir commercial – d’une chanson pop intelligente et musicalement supérieure est enfin possible. Il y a là  Bénédicte Monat (de Blanche as a name, autre projet de Tristen), Charlotte Gérard (Chérie ++), Loic Caron (Yéti Lane, Cyann and Ben), Yann Giraud (Porco Rosso), Julien Cortes (Querencia, Erevan Tusk), Dominique Pascaud (Sandy Trash, Alex Rossi), Pacôme Genty (Rrose Ttacet, Erevan Tusk), François Gauer (Folks).

On connaissait déjà  Sébastien Pasquet, son vrai nom, sur différents projets et déjà  en Tristen sur l’ombre à  suivre, un premier album qui avait su titiller notre curiosité et générer de légitimes attentes sur le futur du (pas si) jeune homme. Bénéficiant de ses talents de guitariste, bassiste, touche-à -tout bidouilleur, Tristen, utilisait – cerise sur le gâteau – ses dons de batteur pour donner rythmes originaux et vitalité débordante à  sa musique. Il n’avait surtout besoin de personnes et c’est donc par choix qu’il a demandé à  ses amis musiciens, d’écrire, de composer et de jouer avec lui. , Cette union fait la force, déjà  citée, fait aussi la richesse, l’ampleur, la saveur d’un album. , Tout ce que l’on a aimé chez Dominique A., Mathieu Boogaerts (L’attraction des corps, à  la fois rythmé et mélancolique), Florent Marchet (en solitaire), Arman Méliès, (Les boîtes aux lettres, très rêveur) est bel et bien là . Preuve qu’à  sa manière, Tristen pratique le grand écart et se sent aussi à  l’aise dans des atmosphères synthético-new wave, acoustico-folk ou électrico-rock. La personnalité de Tristen vient que ces musiques passent de l’une à  l’autre. Le Parisien les fait parfois cohabiter au sein d’une même chanson (la pluie horizontale) et cela aboutit à  des petites merveilles (avec, 10000 jours,, comme morceau préféré). Les choeurs jouent leur rôle d’ornementation harmonique permanente , et la voix même du bonhomme s’en va chercher des trésors de douceur dans les ressources de son timbre (Le Phoenix aux fleurs). Ces deux points permettent, justement, d’unifier un album faisant feu de tout bois dans une exubérance créative, parfois sautillante (le lustre) mais d’une humeur finalement sage. Ce Tristen n’est pas un zazou, un boute-en-train mais seulement un garçon sensible, un peu lunaire.

La suite, on la connaît, les fans de Dominique, Arman, Florent, Matthieu, même ceux de Lescop, d’Aline et de Fauve (au final, cela fait du monde)…se jetant sur Mars en Marche, et l’élevant au statut de »disque d’une génération » le maître étalon d’une »touche française » (disons-le en français) de variété-pop de qualité, élégante et populaire. Un succès d’estime devenant un succès tout court.

C’est malheureusement à  ce moment-là  (Tristen détrônant Stromae de toutes les couvertures du moment et accueilli en sauveur par un Nagui sur le plateau d’un Taratata redevenu fréquentable) que je me suis réveillé, un peu confus, un peu dépité…L’essentiel est quand même toujours là  : le disque ! Et avec lui, tous les espoirs, même modestes, sont encore permis.

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 16 septembre 2013
Label : Bleeding Gold Records

Plus+
Site

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *