Le rire du grand blessé – Cécile Coulon

cecile-coulon-le-rire-du-grand-blesseLes régimes totalitaires ou dictatoriaux n’aiment guère les livres ; on organise des autodafés pour les faire disparaître et les stigmatiser comme dégénérés, on les censure. Que se passe-t-il lorsqu’un système décide de supprimer le rôle de la lecture et celui de l’alphabétisation des foules ?

C.’.’est ce que décrit Cécile Coulon dans son dernier roman  » Le rire du grand blessé « . l’auteur y décrit une société passablement totalitaire dans laquelle l’accès à  la lecture est proscrit pour le plus grand nombre . Un Service National y sévit ; il met au point les manifestations étroitement contrôlées et réglementées par le  » Grand  » , sorte de dictateur suprême . On y procède à  des lectures publiques, qui n’ont de lecture que le nom. Ces réunions servent en fait à  rassembler des consommateurs ; ces derniers n’ayant plus le choix qu’entre des livres classés selon les sensations qu’ils sont censés provoquer dans la foule : on y lit ainsi les Livres Fous Rires, les Livres Frissons, ou les Livres Haine.

On engage des agents de sécurité sont engagés pour veiller au bon déroulement de ces spectacles. Point impératif : ces agents doivent être analphabètes . 1075, l’un d’entre eux, excelle dans ce rôle jusqu’à  ce qu’il soit victime d’un accident de service : A l’hôpital, il remet son rôle en question, il apprend à  lire  »
Ce livre original et plaisant, efficacement écrit, fait penser à « 1984 » de Georges Orwell et à « Fahrenheit 451 » de Ray Bradbury. Il distille des messages analogues : l’abandon de l’esprit critique, de l’accès au savoir, il y stigmatise le danger de la gestion de la vie par des sensations, tentation si présent dans la société actuelle.
Ainsi, l’un des personnages du roman avoue-t-il très cyniquement :  » Le programme Nox créait des milliers d’emplois, engendrait une baisse des comportements addictifs illégaux. Même le taux de criminalité décroissait : Lucie avait trouvé un moyen de gérer les sensations des hommes, alors que ses confrères s’étaient toujours arrêtés au contexte social.  »
Roman à  découvrir.

Stéphane Bret

Le rire du grand blessé
Roman français de Cécile Coulon
Editions Viviane Hamy
136 pages – 17€¬
Parution : 22 août 2013

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *