Angèle David-Guillou – Kourouma

angele-kouroumaAngèle David-Guillou prend son monde à  contre-pied par un album classique et délicat influencé par la, musique de la fin du XIXe. Un beau disque.

On connaît bien la jeune femme pour l’avoir apprécié dans Ginger Ale, comme membre honoraire de Piano Magic et sous le nom de Klima, son propre projet musical. Angèle David-Guillou revient cette fois-ci sous son propre nom et ce n’est sans doute pas un hasard. La musicienne/ chanteuse se met à  nu et commence son album sur une simple pièce pour piano instrumentale (Anti-Atlas). Un vrai travail d’épure, qui dans sa forme la plus minimaliste, trouve, néanmoins, la voie de la sensibilité. Ce thème un brin mélancolique rappellera fortement , , les thèmes des BO de Yann Tiersen, lui-même influencé par Erik Satie ou Maurice Ravel., , Cette filiation restera effective même quand des violons rentreront dans le spleen musical de Angèle David-Guillou pour lui donner un peu plus de vigueur mais tout autant de délicatesse (Hesperides). Sur Kuril, la musicienne y rajoute des percussions donnant dès lors un petite touche ethnique à  son thème musical. Mais – et cela tient du miracle, même dans un dépouillement extrême, la musique semble touchée par la grâce (Accalmie).

L’acoustique a toujours fait partie de la musique de Klima mais celui-ci était couplé avec de l’électronique, qui plus est dans des compositions pop. Oserons-nous dire que le jeune femme change de climat. Pour Kourouma, la Française abandonne tout aspect de modernité pour regarder en arrière, dans une visite nocturne des boudoirs et des salons du XIXe siècle. L’ensemble paraît éclairer à  la bougie et la Française ne réintroduira que parcimonieusement, et par touches, un semblant d’électricité : cela se fera par un piano électrique dont la vibration sonore, couplée à  une scie musicale,,  remplace certains éléments de composition qui donnaient chez Satie ou Ravel une touche orientaliste (Dream of Leonor Fini, sa gnossienne à  elle).

L’auditeur aurait été quelque peu frustré s’il n’avait pas entendu le joli timbre d’Angèle David-Guillou dans cet album signé de son nom. C’est chose faîte,  et c’est tant mieux : un ange alors semble se poser sur le joli fil musical (But Now i’m a joyful). Sur Kourouma, la jeune femme donne une voix à  ce spleen Satien, là  où Gonzales avait choisi, pour Solo Piano, de rester muet. Sur And the Grass was singing, des choeurs légers suffisent pour donner une dimension céleste à  cette sérénade. Dire que l’on est sous le charme est un doux euphémisme.

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 23 septembre 2013
Label : Village Green

plus+
Deezer

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *