Setting Sun – Be Here When You Get There

setting_sun_bethereA force de sortir de bons albums, Setting Sun commence à  devenir indispensable dans le paysage indie folk/rock américain et parvient à  se hisser au niveau d’un Elliott Smith.

L’homme se nomme Gary Levitt et même si son groupe est composé de nombreux musiciens (dont Erica Quitzow, voix et violon), Setting Sun c’est lui. Et l’Américain, derrière une voix un peu chevrotante, un peu étouffée et un physique émacié,,  sait y faire quand il s’agit d’écrire une chanson. Be Here When You Get There, sa dernière livraison, est un album qui s’apprécie tout de suite mais se découvre petit à  petit. La formule peut sembler paradoxale, elle ne l’est pas. Avec Setting Sun, on est en terrain connu, ce qui rend son écoute agréable. Ce charme diffus peut s’expliquer par des mélodies familières, une certaine nonchalance plaisante (Hard to say, seasons),,  une interprétation sensible – y compris dans la voix même de Levitt. L’Américain est presque un Simon and Garfunkel à  lui tout seul (quand il n’est pas secondé par Erica Quitzow, Avtar Khalsa ou Lawrence Ropper). Logiquement, on est naturellement encore plus emballé dès que le tempo s’accélère (When Long nights) ou quand Setting Sun a l’art de trouver un gimmick catchy dans une atmosphère pourtant douce-amère (la basse groove de down, la guitare acoustique de Idiot).

Mais c’est dans les détails qui Setting Sun fait la différence. Levitt prend quelques libertés d’arrangement avec ce que l’on met habituellement derrière le mot »indie folk » : en plus d’ajouter des cordes issues de la musique de chambre (violon, violoncelle pour un supplément d’élégance mélancolique – notamment sur Dream Next door), il met un soupçon d’électronique, pour un supplément d’expérimentation. C’était déjà  le cas d’ailleurs avec Fantasurreal en 2010,  : mais là  où ce dernier était bariolé et disparate parfois, Be Here When You Get There prend l’option inverse, la voie de la finesse et de la fluidité. Ces apports hétéroclites se fondent aisément et sans heurt dans la musique. L’électronique adopte un rythme de mandoline sur leave at light on et sur Singularity (titre le plus bouleversant de l’album), des bandes mises à  l’envers donne un mouvement atypique et une étrangeté irradiante au morceau. Il faut presque prêter l’oreille pour se rendre compte de ce qui fait de cette musique une parenthèse finalement,  indispensable.

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 4 novembre 2013
Label : Young Love Records

Plus+

Bandcamp

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *