Philomena – Stephen Frears

affichePour mettre en scène ce qui est avant tout un drame (une fille-mère recueillie par les soeurs et dépossédée de son fils adopté par un couple d’Américains veut partir à  sa recherche après 50 ans), le cinéaste britannique recourt aux codes de la comédie en confrontant un duo que tout oppose. D’un côté, ladite mère, dont la foi, en dépit de la cruauté des religieuses qui l’ont hébergée (et surtout exploitée), n’a pas été ébranlée, préférant l’apaisement du pardon à  l’épuisement de la colère et de la rancoeur. De l’autre, un journaliste viré de son poste de directeur de communication d’un parti politique, volontiers cynique et désabusé, qui accepte de se rabattre sur »l’aventure humaine » pour gagner sa croûte. Le film fonctionne ainsi sur la dualité : celle des personnages mais aussi des lieux en se partageant entre Irlande et États-Unis, comme un écho de la propre carrière de Stephen Frears. Enfin celle des émotions qui vont du rire aux larmes avec infiniment de délicatesse et d’intelligence témoignant aussi que l’ordinaire peut cohabiter avec l’exceptionnel chez chacun. Å’uvre consensuelle et classique, mais nullement mièvre ou simpliste, le film s’avère moins prévisible qu’attendu et permet, une fois encore après The Magdalene Sisters, de braquer les projecteurs sur la situation de ces milliers de mères niées et bafouées, enfermées dans des établissements religieux où une vie terrible les attendait. La comédienne de théâtre Judi Dench (que l’on connait aussi comme la patronne des services secrets dans la série des James Bond) et l’acteur habituellement comique Steve Coogan (sorte de François Bayrou juvénile) composent un tandem tout à  fait efficace.

Patrick Braganti

3_5

Philomena
Drame britannique de Stephen Frears
Sortie : 8 janvier 2014
Durée : 01h38

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *