Raz Ohara – Moksha

0003118624_500, « Moksha » n’est pas un album à  prendre à  la légère »Moksha » est un album écouter, si possible, dans le silence le plus total et surtout pas en voiture car les basses et autres sonorités microscopiques qui remplissent cet album pourrait bien échapper à  votre oreille aiguisée »ce qui serait bien dommage vu le soin apporté,  aux textures et aux compostions de cette oeuvre aussi singulière que captivante.

Un temps,  collaborateur de,  Gonzales et d’Alexander Kowalski mais également de Odd Orchestra, le projet du belge Oliver Doerell (membre de Swod et Dictaphone), Raz Ohara (de son vrai nom Patrick Rasmussen) a été entendu récemment au chant chez Apparat, sur le superbe »Walls » paru en 2007. Avec »Moksha » sa première production depuis 2001, le danois propose sur son troisième album des ambiances très intimistes, presque mystiques par moment, comme une version électronique,  de la soul, comme une sorte de minimal dubstep qui ferait presque passer Nicolas Jaar ou James Blake pour des artistes de variété.

Beaucoup plus contrasté qu’il n’y parait au départ, l’album s’ouvre au fil des titres, révélant une palette sonore assez large avec des boucles de percussions, cuivres, piano »des sonorités entêtantes qui viennent,  se superposer dans des titres éthérés.

Au final, c’est un album rempli de paysages sonores très beaux,  très intense qui s’offre à  nous, avec cerise sur le gâteau cette reprise aussi incroyable que méconnaissable du »True Love Will You Find In The End » de Daniel Johnston.
Producteur trop rare, Raz Ohara prouve avec nouvel album qu’il est un véritable orfèvre en la matière.

Bneoit RICHARD

Raz Ohara : Moksha
label : Album Label / La Baleine
Sortie :,  22 janvier 2014

)

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *