Wimp – Propergols

wimp-propergolsWimp, le nom sonne comme un coup de fouet et musicalement, le rock balancé par ces,  diables de Rennais vous donne une petite claque bien vivifiante.

Le disque s’appelle Propergols. Comme au bon vieux temps de la réclame, on pourrait en faire une bande-annonce : » de la violence ! de la folie ! de la rêverie ! de la douceur !..Propergols, bientôt sur votre pick-up (ou Platine,,  lecteur MP3, téléphone…faut bien vivre avec son temps). Admettons-le, tout ce qui compose cet album est archi connu et largement rabattu : même le sitar, revenu à  la mode,,  sur l’introductif Magic land, même le theremine qui donne une touche cosmique à  Keep me waiting. Mais tout ce qui compose Propergols ne se retrouve pas forcément dans un seul et même album, voire dans un seul et même morceau. Et c’est bien le cas ici dans un disque qui fait feu de tout bois. Qui aime passer de la douceur vocale à  des cris hardcore (Geometry Moth). Qui se délecte d’un format »chanson » ou s’épanche dans un long circuit tortueux de 7′ (Wintery Thoughts et sa lente dérive noise). Ou qui fait semblant de finir sur une ballade folk au coin du feu pour mieux envoyer le bois ensuite (Zelda Zonks in Hotel Rooms, très bien). Wimp est imprévisible et tordu et ça fait du bien.

Wimp, c’est les Beatles en stage intensif chez,  Pixies. C’est Beta Band victime (consentante) du poil à  gratter de Devo. C’est un groupe qui a les idées larges, une possible puissance sonore mais cultive aussi un esprit lo-fi. Une vraie entité,  arc boutée sur elle-même,,  mais qui n’hésite pas à  convier dix copains pour faire les choeurs sur Noun Entities, pour une sorte de Mamas and Papas extended version tendance avinée. En neuf,  morceaux, Romain, Julien, François-Eric et Benjamin donnent l’impression de jouer sans cesse, que ce soit avec les genres (le rock, le punk, la noise, le psyché), les structures et les sonorités. Comme la réussite est d’ores et déjà  au rendez-vous, on se demande ce que Wimp pourrait donner s’il se prenait juste un peu plus au sérieux : l’impeccable Keep me Waiting donne un avant-goût du réel potentiel du groupe. Et celui-là  est encore supérieur. Après tout Propergols n’est que leur premier album.

Denis Zorgniotti

Date de sortie : 27 janvier 2014
Label : Another Record

Facebook

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *