Si nous vivions en 1913 – Antoine Prost

Antoine Prost, Si nous vivions en 1913, livre, Grasset, Histoire, chronique France Inter, 1914, vie quotidienne en 1913, France, Belle ,Žpoque,Antoine Prost est un historien renommé, spécialiste de la société française du 20ème siècle. En marge d’ouvrages savants il ne rechigne pas à  mettre l’Histoire à  la portée du plus grand nombre, comme il l’a fait par exemple avec †œLa Grande Guerre racontée à  mon petit-fils†en 2005.

Durant l’été 2013 il a tenu chronique dans la Matinale de France Inter. Chaque jour un aspect de la vie de nos aîeux était évoqué. Ces chroniques sont désormais éditées.
Elles mettent à  l’abri des idéalisations nostalgiques. Était-ce mieux avant, quand l’espérance de vie était de 50 ans, que les antibiotiques n’existaient pas et que l’on mourait de la tuberculose ? Quand †œgagner son pain† voulait dire que 70% du salaire des ouvriers passait dans la nourriture ? Du pain, d’ailleurs, on en mangeait en grande quantité, pour supporter les journées à  rallonge, les travaux épuisants et les kilomètres à  pied (à  peu près 28 km pour la tournée d’un facteur). On assista dans ces années-là  à  l’essor de la bicyclette.

Si l’école était obligatoire jusqu’à  13 ans, la loi n’était pas toujours respectée et les vacances scolaires s’adaptaient aux travaux des champs : du 14 juillet au 1er octobre.
Pour endurer ce quotidien sans douceur pour la plupart des Français, il y avait les cafés (482 000 contre 25 000 aujourd’hui !). Les hommes s’y réfugiaient après le travail, échappant ainsi à  leurs appartements exigus et souvent surpeuplés, mais pas ensuite à  l’accueil mitigé d’une épouse acariâtre. Là , j’extrapole : elles ne l’étaient sans doute pas toutes, même si, à  elles non plus, la vie ne faisait pas de cadeau.
Et pourtant, en 1913, le pire était à  venir. Mais ça, c’est une autre histoire…

Brigitte Tissot

Antoine Prost – Si nous vivions en 1913
Editions Grasset-France Inter
140 pages – 11 euros
Parution : mars 2014

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *