Little Trouble Kids – Haunted Hearts

Trouble Little Kids haunted heartsLe groupe Flamand Little Trouble Kids a sorti son troisième album »haunted hearts » en mars dernier pour un résultat que l’on qualifiera de mitigé.

Cette introduction balayée, commençons cette chronique par le commencement, en évacuant d’emblée les références de ce disque : Sonic Youth (Little Trouble Kids, référence absolument pas inconsciente au »Little trouble girl » sur le« Washing machine » des New-Yorkais) et Kim Gordon (dont le chant d’Eline confère par moment au mimétisme), These New Puritans (dont certains  » arrangements,  » peuvent évoquer l’ambitieux groupe anglais), Picastro, Nina Nastasia, Smog via Cinthya Dall, PJ Harvey et Mansfield Tya.

Ceci étant fait, vous devinez aisément que le nouveau disque de Little Trouble Kids ne sera en aucun cas un album consacré au rayonnement international de la bourrée auvergnate hors de nos frontières mais plutôt un album d’indie-rock minimaliste et un tantinet rêche.

Enregistré dans des conditions qu’on pourra qualifier d’extrêmes, dans le salon et en trois jours sur un seize pistes, »Haunted hearts » se veut un disque lo-fi, sec, nerveux, dans l’os à  défaut d’y être proche. Pour autant, nerveux, rageur, »Haunted hearts » l’est à  bien des égards, réjouissant par son intransigeance, l’album peut rebuter par sa monotonie.

S’il séduit sur une première moitié, où le groupe parvient à  manier la rigueur, la sécheresse avec une certaine dextérité, où les mélodies souffreteuses accrochent l’oreille, il se révèle malheureusement quelque peu rébarbatif sur la suivante, de par un aspect démonstratif trop présent et usant des mêmes schémas (les arrangements façon These new Puritans, fort à  propos sur »medals & scars » un peu répétitifs sur »Haunted hearts » ou »Amateur bitch » les rythmiques interchangeables de nombreux morceaux sensés faire monter l’intensité mais finissant plus par lasser l’auditeur qu’autre chose) de façon trop systématique.

Résultat, : le groupe semble parvenir à  ses fins mais de façon biaisée. C’est à  dire, : avec ses conditions d’enregistrement, son parti pris, »Haunted hearts » se veut ambitieux, intransigeant et au final dérangeant. S’il est clairement ambitieux (adapter la grandiloquence des These New Puritans à  la lo-fi n’est pas un mince programme) et intransigeant, »Haunted hearts » finit par vraiment déranger non pas par son parti pris mais par son manque de folie et également une personnalité étouffée par les artistes préalablement cités en introduction. Ce qui est d’autant plus dommageable car c’est quand le groupe s’éloigne de cette ligne de conduite ( en somme qu’il devient instinctif et non cérébral) qu’il finit par être passionnant, laissant transparaître une émotion sous sa carapace de groupe lo-fi (le superbe et touchant »for as long » notamment). Mais bon, malgré mes réticences exprimées tout au long de cette chronique, n’allez pas croire que l’album est inaudible, au contraire »Haunted hearts » tient plutôt bien la route : les mélodies, les ambiances sont là , parfois obsédantes, les trente minutes sont souvent haletantes de par une tension toujours présente.

Gageons seulement que pour le prochain album le cerveau soit définitivement mis au placard et les tripes de sortie.

Christophe Ciccoli

http://littletroublekids.bandcamp.com

Little Trouble Kids – Haunted Hearts
label : Little Trouble Kids Disks
Sortie mars 2014

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *