Boogers – Running in the Flame

boogers_runningintheflame

Un feel-good album, ça existe ? C’est le pari de Boogers, DJ Punk à  l’énergie communicative.

A la base, je n’étais pas vraiment emballé par le disque sur la seule vision de sa pochette : un vieux carton à  pizza, des restes de bouffe, un mégot de cigarettes et ce »Boogers » écrit avec des vieilles pâtes…l’ensemble n’était pas très ragoûtant. Mais ça c’était avant d’écouter et de s’apercevoir que Boogers a effectivement l’art d’accommoder les restes mais que cela ne se fait pas au détriment de la musique. Bien au contraire. Il le fait dans une énergie positive avec des emprunts assumés.

Un album qui commence par du Weezer et se termine par du, Chemical Brothers ne peut pas être totalement mauvais. Et, ce bref résumé d’un, disque hétérogène dresse la trajectoire d’un Tourangeau autodidacte, aussi à  l’aise avec une guitare électrique qu’un ordinateur. Et tout naturellement,, , Running in the Flame multiplie les genres, les métissages, les rencontres…de la power pop à  l’électro, pouvant même être The Rentals et Weezer en un seul morceau (Showtime). Mais il y aussi, au programme de, Running in the Flame,, du blues 2.0 (Goin’ Dowtown roots’n roll), du punk oi sur Dis moi pourquoi (binaire mais sympathique). Une touche de reggae sur le nonchalant Oh My love (devenant touchant par son traitement bricolo lofi). Une autre hip hop sur un The Big Summer qui sait se montrer indispensable avec ses claviers cosmiques et ses guitares agressives., Boogers va sur des, terrains sur lequel on ne l’attendait pas et qui témoigne d’un talent au-dessus du simple savoir-faire compilatoire. La pop lo-fi de I’m there est aussi distrayante que brillante. Et le plus noise, You don’t know, tout en toucher et en tension larvée, est encore un cran au-dessus. Autre moment de choix, Running the Flame où, le Français fait sonner un orchestre de poche qui rappellera le travail folk d’Orouni.

Sur tout l’album, Boogers arrive à  rester cool, énergique, efficace sans avoir l’air de se prendre la tête. Parfois juste plaisant, parfois bluffant. Un bon gars ce Boogers.

3_5.gif

Denis Zorgniotti

Label / Distributeur : At(h)ome / Wagram
Date de sortie : 2 juin 2014

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *