5+5 = Marianne Dissard

marianne

Emigrée depuis son enfance aux USA, Marianne Dissard a,  construit depuis le début des années 2000, une discographie sous l’influence du son de Tucson en Arizona tout en collaborant avec Amor Belhom Duo, Giant Sand, Fredda, Françoiz Breut ou encore Howe Gelb. En 2014, elle sort »The Cat. Not me »,  un album chanté en français, enregistré en Arizona et,  composé par Sergio Mendoza, le multi-instrumentiste du groupe Calexico. Un album aux ambiances et aux tempos très contrastés, un disque poétique et très beau.

juillet 2014

5 disques du moment :

yolatengo

Bones & Beeker – Decoys
Une fascinante recherche de language commun entre le hip-hop et la pop. BK-One fut le DJ de Brother Ali pendant de longues années sur le label Rhymesayers et Tony a longtemps ‘joué dans des groupes’ à  Minneapolis. Inventif, touchant, rythmé, intelligent et doux-dingue. Un album d’érudit qui ne prétends absolument pas à  autre chose que de nous toucher par l’émotion.
Pas acheté, reçu à  plusieurs reprises le long de sa fabrication.

Beyonce – Beyonce
Rien à  dire, elle m’épate. L’album d’elle que je préfère. J’adore son showmanship, le spectacle total.
Pas acheté non plus. La première fois que je l’ai écouté, c’était sur youtube.

Kanye West – Yeezus
Peut-être le seul artiste dont j’irai voir le concert à  l’autre bout de la terre un jour.
Je lui dois bien ça, je n’ai pas payé pour son album.

Yo La Tengo – I Can Hear The Heart Beating As One
Je m’y suis replongée pendant la réalisation de l’album de Vanessa Philippe. Yo La Tengo fait des merveilles avec le triumvirat de base du rock : basse, batterie, guitare.
Celui-là , c’est un des rares albums que j’ai jamais téléchargé sur i-Tunes.

Isaiah Toothtaker – NOTHING
Le musicien le plus intriguant de Tucson, Arizona. Un rappeur, tatoueur, vidéaste à  la réputation sulfureuse. The ultimate bad boy au stylisme percutant. Ses albums me donnent la nostalgie du suave hip-hop chicano west coast des années 90, style Lighter Shade of Brown.
Acheté sur le bandcamp de l’artiste.

5 disques pour toujours :

parish

John Parish – How Animals Move

Un album qui me surprends toujours, à  chaque écoute. Une richesse de détails sans jamais y perdre sa légèreté. Maestro producteur et musicien, une référence ultime pour moi en terme de production. Et d’émotion.
Acheté à  un de leurs concerts en CD. Jamais perdu.

Alain Bashung – Fantaisie Militaire
La référence en musique française. Textes, voix, arrangements, tout, tout, tout. Avec ça, on s’en fout que ça ne donne pas envie de danser. Enfin, si, mais on y danse dans son coeur. Voyage intérieur, si français.
A plusieurs reprises, en CD une fois à  la FNAC, perdu, racheté, reperdu avec un ordinateur défaillant puis finalement copié chez des amis.

Chavela Vargas
Quelle voix! Quelle vie! Quel voyage!
Probablement en CD, il y a longtemps, avant internet. Je ne sais pas où est le CD.

Gonjasufi & Gaslamp Killer – A Sufi And A Killer
Mes fous préférés. Tout ce que j’adore dans le west coast en ce moment. Des personnages. Vive les personnalités en musique!
Acheté à  plusieurs occasions en CD et offert à  des gens.

PJ Harvey – White Chalk
Production impeccable, chansons bouleversantes, sa voix, ses textes. La simplicité, la maîtrise du propos, les sons d’instruments.
Acheté en CD à  Melbourne avec mes derniers 23 dollars, gagnés la veille en concert.

www.mariannedissard.com
www.facebook.com/mariannedissard
www.youtube.com/user/mariannedissard
http://mariannedissard.bandcamp.com

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *