En ce lieu enchanté – Rene Denfeld

Rene-Denfeld-enchante« Toi qui entre ici, abandonne tout espoir » telle est la phrase qui orne la porte des enfers dans la Divine comédie de Dante.

Un endroit privé de lumière, glacial, nauséabond où resonne le cliquetis des clés et l’ampoule qui grésille. Un endroit qui suinte la pourriture et la vetusté. Un lieu à  la nourriture infâme et aux sinistres cellules. Un endroit qui sent les immondices, la peur, la chair carbonisée et la mort. Là  où les cris, les larmes, la rage et le sang coulent dans les bondes. Un endroit qui arrête le temps, condamne les âmes à  l’errance et broie le peu d’humanité. Un lieu privé d’amour et de sentiments. Un lieu gangrené de misère. Un lieu d’enfer. Un lieu qu’on appelle prison, couloir de la mort, trou à  rats.

Le narrateur de ce livre poignant, un »monstre » dont les jours sont comptés, ne va pas dans ce sens. Il voit des chevaux d’or courir dans les profondeurs de la terre, des escaliers secrets et des tours de pierres »qui mènent aux fenêtres et les fenêtres qui s’ouvrent sur l’air libre et pur ». Il voit des petits hommes armés de marteaux. Il voit un monde enchanté où le silence ressemble à  la »rumeur d’une cascade » et les paroles aux »rivières cristallines ». Il voit de l’amour que personne n’a décelé. Il voit l’espoir que porte la dame et qu’elle répand entre les barreaux rouillés. La dame est une enquêtrice spécialisée, elle cherche la faille, l’erreur et l’once d’humanité qui permettraient d’éviter une condamnation à  mort. Il voit aussi ce prêtre qui a le coeur blessé et le directeur de prison qui rêve d’un monde meilleur. Il y a des monstres tueurs d’enfants, des violeurs, des caîds et des gardiens corrompus. Il y a aussi les victimes d’une enfance maudite et celles d’un système juridique absurde. Il y a de tout dans une prison.

Aucun des personnages n’a de nom, ils traversent ce livre comme des ombres, comme un chant lointain, poétique et enragé.

Ce premier roman directement inspiré par la vie de l’auteure américaine (enquêtrice spécialisée dans les peines de morts) est une vraie onde de choc. Les scènes criantes de réalisme témoignent de l’expérience de Rene Denfeld. Comment faire de la poésie dans un endroit si sombre ? Comment maquiller l’ignoble? Comme redorer une âme souillée ?

Rene Denfeld part en quête d’humanité et montre au lecteur ce que plus personne ne pensait voir ! Elle réhumanise et déshabille le monstre à  la fois. Elle lui donne la parole. Elle délivre les âmes. Et nous touche, nous bouleverse, nous étourdit avec ses mots et sa plume délicate.
René Denfeld a taillé dans les pierres sinistres…pour en faire un bijou !

« A chaque expiration, je parviens à  sortir de ce lieu enchanté. Mon souffle s’élève dans les nuages, quelque infime particule s’unit à  eux, se condense et, quand il pleut, cette minuscule partie de moi-même retombe sur terre – très loin d’ici, dans un autre pays, en Chine peut-être.
On peut détenir des hommes ici, sous les verrous, dans les profondeurs du donjon jusqu’au dernièrs instants de leur vie, pour que les individus comme York et moi ne puissions plus jamais sentir le goût de la pluie. Mais on ne peut pas nous empêcher de transmettre notre condensation au ciel. On ne peut pas nous empêcher de retomber en pluie en Chine ».

« Les monstres ont besoin d’une personne sincèrement désireuse de les écouter, eux aussi, de les entendre vraiment, afin qu’un jour nous puissions vraiment trouver les mots qui soient davantage que des cases à  cocher. Alors nous pourrons peut-être faire en sorte que jamais plus n’existent des hommes comme moi ».

Sabine Sursock

5

Date de sortie: Août 2014
Editeur : FLEUVE EDITIONS
Broché: 208 pages
Dimensions: 22,4 x 13,8 x 2,2 cm
Prix: 18,50€¬

Envie de partager :

One thought on “En ce lieu enchanté – Rene Denfeld

  1. Bonjour,
    En des temps d’obscurantisme, cette citation trouve sa place en de nombreux lieux. Une civilisation construite sur des scientistes, n’induit que iste en tout genre. Depuis 4 ans j’essaie de faire reconnaitre un format audio au bureau des brevets et obtiens toujours la même réponse, « on veut bien enregistrer à condition que vous nous abandonner tous vos droits ! » Un service publique qui détourne les biens, je ne sais même pas s’il existe un terme pour le nommer.
    Cordialement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *