Pierre Lapointe – Paris Tristesse

003182344Il n’est pas souvent simple de se lancer dans un projet d’album piano/voix. Une entreprise qui tourne la plupart du temps au fiasco entre best-of minimaliste sympathique et album de reprises paresseuses lourdingues. Deux écueils dans lesquels Pierre Lapointe ne tombe pas avec Paris Tristesse, même en proposant sur ce 5e album des chansons issues essentiellement de son précédent album Punkt (plus un morceau sorti initialement sur La Forêt des Mal aimés, Au 27-100 rue des Partances). Décidément culotté, le bougre canadien se rajoute sur le dos un second handicap avec trois reprises en fin d’album.

Ces trois reprises – C’est extra de Léo Ferré, Le mal de vivre de Barbara et Comme ils disent de Charles Aznavour – se placent dans la lignée de la chronique animée par le chanteur canadien sur France Inter cet été : de beaux hommages qui défendent une certaine idée de la chanson française entré variété populaire et exigence textuelle revues avec modernité par Pierre Lapointe. Celles-ci affichent donc la couleur de ses influences musicales tout en résumant le projet du dandy Pierre Lapointe qui se meut pour l’occasion en Rufus Wainwright francophone, avec moins d’excès mais tout autant de talent. Il y a aussi un côté Albin de la Simone d’outre-Atlantique dans la justesse des textes.

Sans artifice et avec simplicité, Pierre Lapointe revisite donc dans Paris Tristesse son répertoire pour n’en garder que l’émotion et la beauté, tant des textes que des mélodies. Je déteste ma vie et Au 27-100 rue des Partances deviennent tout simplement bouleversants en piano/voix, sans tomber dans le pathos dans ce disque principalement consacré aux relations amoureuses où brille également le tendre Nu devant moi. Seul Les remords ont faim, aux accents trop »cabaret » apparaît comme dispensable.

Ce très beau Paris Tristesse, est en revanche, comme son titre l’indique, très porté sur des histoires qui finissent mal et laisse planer une atmosphère largement mélancolique, mais sans jamais être plombant. Pas question en revanche de le mettre sur la platine au moment de sortir la bûche et les côtillons… sauf si l’on passe son réveillon de Noël tout seul.

Julien Damien

Pierre Lapointe-Paris Tristesse
Label : Belleville Music.
Sorti le 12 décembre 2014.

Plus+
Site officiel

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *