Touriste – Julien Blanc-Gras et Mademoiselle Caroline

Julien Blanc-Gras tient un carnet de voyages quand il part à l’étranger. Mais il n’est ni aventurier, ni explorateur, et encore moins baroudeur. Non, Julien Blanc-Gras est juste un touriste, et le clame haut et fort. Son rêve depuis son plus jeune âge, alors qu’il s’endormait en étreignant un globe terrestre gonflable, a toujours été de courir le monde. Pour l’adaptation de son roman Touriste, il s’est adjoint les services de Mademoiselle Caroline, blogueuse humoristique de renom avec déjà plusieurs BDs à son actif sur les joies de la maternité et les régimes.

touriste-mademoiselle-carolineIncontestablement, ce qui attire l’œil ici, ce sont les couleurs. Des couleurs chatoyantes et acidulées, avec parfois des incrustations de motifs, visiblement sans ambition de faire dans le réalisme. Un traitement original qui s’accorde très bien avec le minimalisme du trait. Dans l’ensemble, on peut dire que c’est plutôt joliment réalisé.  Mademoiselle Caroline a bien traduit le message de l’auteur qui, loin de vouloir jouer les explorateurs, se contente de promener sa dégaine de candide en baskets à travers les cinq continents, tel un citoyen du monde tentant de comprendre la planète où il vit, en apparence chaotique et aux cultures si différentes.

Julien Blanc-Gras ne prétend pas apporter des solutions aux problèmes croisés sur son chemin (la grande pauvreté en Inde ou les narcotrafiquants en Colombie), mais il ne les fuit pas pour autant, même s’il est avant tout dans un état d’esprit contemplatif, lui qui a conservé de son enfance cette capacité à s’émerveiller. Touriste n’est donc pas une simple carte postale insouciante avec de jolies couleurs. Si l’auteur admet que le rôle du touriste n’est pas de « sauver le monde », cela ne l’empêche pas d’égratigner avec humour le tourisme de masse autiste et superficiel voire de se mettre carrément en rogne face au mépris de certains Occidentaux vis-à-vis des populations locales (notamment lors de l’épisode édifiant à Madagascar). Curieux de rencontres nouvelles et de lieux insolites, il ne tombe jamais dans le politiquement correct ou la condescendance, et son instinct punk se réveille parfois, par exemple au son de musiques chinoises lénifiantes, ce qui donne lieu à une anecdote très amusante dans une boîte à karakoé de l’Empire du Milieu.

Au final, on se laisse charmer par cette lecture sympathique et sans prétention, non dénuée d’humour et d’autodérision, qui rappelle par bien des aspects les pérégrinations de Guy Delisle à travers le monde.

Laurent Proudhon

Touriste
Scénario : Julien Blanc-Gras
Dessin : Mademoiselle Caroline
Editeur : Delcourt
208 pages – 23,95 €
Parution : 18 mars 2015

Envie de partager :