Turzi – C

turzi, photo camille vivier

Après deux « sans faute » (A et B), Turzi revient avec C, troisième volet d’une passionnante trilogie où il est question de krautrock mais aussi de musiques de films.

Turzi CC’est dans son studio d’enregistrement situé dans un lointain et profond sous-sol que Romain Turzi a confectionné son nouvel album. Entouré de tous ses instruments, le français a passé plusieurs mois  a confectionner et à peaufiner chaque morceaux, laissant volontairement son inspiration se heurter  aux accidents de parcours et aux imprévus, comme c’est souvent le cas chez ce versaillais d’origine, tout comme Air et Sébastien Tellier, aux signatures prestigieuses hébergées par le label Record Makers.

Inspiré par des courants musicaux très opposés (du heavy-metal à l’afro-beat, en passant par le funk) nourri de Library music, Romain Turzi offre avec ce troisième album une nouvelle déclinaison de son sort art-rock transgenre, à la fois cinglant et romantique, tendu et calme, à l’image de toutes ces musiques de films auxquelles il voue une admiration sans bornes, notamment celles d’Ennio Morricone ou d’Alain Goraguer qui raisonnent ici plus que jamais et dont chaque titre ou presque semble constituer un vibrant hommage.

Album racé et atypique, obsédant et envoutant, C épate par ses arrangements subtilement baroques portés notamment par la voix étrange de la soprano Caroline Villain et par des gimmicks de synthés dont certains semblent tout droit sortis du Zoolook de Jean-Michel Jarre.
Un disque foisonnant à ranger tout à coté de ceux des précieux Etienne Jaumet et de ses Zombie Zombie ou encore d’Egyptology.

Benoit RICHARD

Turzi – C
Label : Record Makers
Sortie : 16 mars 2015

Envie de partager :