The Last Man of Earth – Saison 1

The Last Man of Earth - Saison 1

Sur la FOX et ailleurs, on ne parle que d’Empire. Pourtant, dans le rayon comédies, sa nouvelle trouvaille, The Last Man on Earth, est de loin la meilleure nouveauté de cette année. Parce que subtile, vacharde et profondément humaine.

 The Last Man on Earth - Saison 1 afficheL’apocalypse soudaine. L’humanité entière disparaît. Un seul homme survit. Pas plus courageux qu’un autre, plus intelligent, plus débrouillard, au contraire. Le dernier homme sur terre s’appelle Phil Miller. Il vit à Tucson, Arizona. On imagine alors une fresque humaniste, l’errance d’un homme, entouré de ballons de toutes sortes en guise d’amis quand il décompresse dans son bar QG. Mais Phil Miller est un homme victime de ses instincts primaires. Quadragénaire paresseux qui utilise une piscine comme ses toilettes, joueur puéril, passant sa journée à éclater des canettes de bière au rouleur compresseur, voleur sans foi ni loi, s’amusant à décorer de tableaux de maîtres, de sarcophages et d’ossements de dinosaures ses nouveaux et luxueux appartements. Alors pour la fresque humaniste, on n’y est pas vraiment.

Pourtant, il y en a de l’humanité chez cet homme. Pas l’humanité la plus noble, la plus élégante, façon Montaigne, mans une nature profonde. Phil Miller est comme tout à chacun. C’est ce qui le rend attachant. Égoïste, lâche, menteur, sale, des tares étendues à des proportions comiques, mais empruntées à monsieur-tout-le-monde. Et comme monsieur-tout-le-monde, Phil n’a qu’un but : s’accoupler avec une femme.

The Last Man of Earth – Will Forte

Son rêve se réalise. La dernière femme apparaît devant ses yeux, en plein désert. Manque de chance, elle n’est pas le fruit d’un miracle. Carol (Kristen Schaal, toujours parfaite) est une femme au physique plutôt ingrat, aux talents culinaires atroces, bruyante, pénible, férocement romantique. Contraint, Phil l’épouse. Et alors la comédie s’emballe. Une autre femme apparaît. January Jones, splendide et méprisante, à sa façon toujours. Puis un homme gentil (mais obèse) qui pique la belle sous les yeux dépités de Phil. Et ainsi de suite. Un petit groupe se forme et Phil ne saura plus comment mener la danse.

Originale, attendrissante, irrésistiblement amusante, The Last Man on Earth prend un malin plaisir à saisir la frustration de cet homme. Il pourrait être un personnage vil et antipathique mais il est tout l’inverse. Will Forte, espiègle, solaire, tenace, aspire surtout à se faire aimer. A se faire aimer des autres, à coup de mensonges carabinés et de belles déclarations. Mais avec lui, le groupe est cruel, à l’image du monde. La série capte ça avec brio, cette réflexion sur la domination du plus fort, du plus attractif, les relations, les désirs, sur ces peurs individuelles qui animent les comportements. A mesure que le groupe s’amplifie, ces peurs sociales contaminent les membres tour à tour. Aux prises avec la solitude, chaque personnage renoue avec ses turpitudes. Avec l’envie, la jalousie, la mesquinerie, le mépris, quitte à finir rance. Phil Miller n’est alors plus une caricature, il est le premier homme d’une humanité retrouvée, d’une humanité vivante, souvent émouvante mais profondément viciée. C’est l’art immanquable de The Last Man on Earth.

Julien Dufresnes-Lamy

The Last Man of Earth – Saison 1
Série américaine créée par Will Forte
Genre : Comédie
Avec : Will Forte, Kristen Schaal, January Jones…
13 épisodes de 22 minutes
première diffusion : mars 2015 sur FOX

Article à retrouver sur www.blabla-series.com

Envie de partager :