Beach House – Depression Cherry

beach house

Trois ans après le succès de Bloom, le duo Beach House revient avec un Depression Cherry à la beauté vénéneuse.

Beach House - Depression CherryBeach House semblait avoir atteint des sommets avec son précédent album, Bloom. Pourtant, le duo revient trois ans après avec un cinquième disque, Depression Cherry, tout aussi réussi. Et qui pourrait même être la cerise sur le gâteau de la discographie de Beach House.

Certes, il n’y aura pas d’effet de surprise sur les neuf morceaux présents sur ce nouvel album de Victoria Legrand et Alex Scally qui poursuivent leur chemin sur les routes de la mélancolie ensoleillée et du spleen planant. Les amateurs de shoegaze électronique et organique s’y retrouveront donc toujours dans cette dépression sucrée et envoûtante dès les premières notes du bien nommé Levitation. La voix ensorceleuse de Victoria Legrand fait de nouveau des ravages sur la ritournelle acidulée Space Song et fait carrément chavirer les cœurs les plus endurcis sur le splendide Beyond Love, qui rappelle aussi ce que Beach House doit à Slowdive. On pensera aussi inévitablement aux Cocteau Twins, aux premiers Cure ou encore aux groupes signés sur le label Melancolik comme Alpha.
Les nappes de claviers et de guitares, d’autant mises en valeur par une batterie moins présente que sur Bloom, et le songwriting brillant de Victoria Legrand font une nouvelle fois merveille et se marient à la perfection que ce soit sur le quasi sépulcral 10:37 ou sur PPP, sans doute le plus beau joyau de ce cinquième album du duo de Baltimore.
Pas de changement de formule mais toujours autant d’émotions, parfois contradictoires qui prennent aux tripes à l’image de Bluebird et Days of Candy, aussi beaux que tristes, qui auraient pu se retrouver sans problème sur la B.O. d’un film de David Lynch (la voix de Victoria Legrand rappelle d’ailleurs parfois celle de Julee Cruise).

Au final, Depression Cherry ressemble plus à un rêve lucide plutôt qu’à une traversée dans les ténèbres de la dépression que laissait supposer le titre. Il laisse l’auditeur dans un cocon méditatif d’atmosphères cotonneuses et chaleureuses. Un peu comme un jour de pluie heureux. En tout cas, des dépressions comme celle-là, on en écouterait presque tous les matins !

Julien Damien

Beach House – Depression Cherry
Label : Bella Union/PIAS.
Date de sortie : 28 août 2015

Envie de partager :