Au revoir là-haut – Christian de Metter

Au revoir là-haut, une BD de Pierre Lemaitre et Christian de Metter (Rue de Sèvres)

Il est toujours un peu périlleux d’adapter un roman, et encore plus un best seller couronné du prix Goncourt. Salué par le public et par la presse en 2013, Au revoir là-haut de Pierre Lemaître se voir retranscrit en bande dessinée grâce au chevronné Christian de Metter.

Couverture Au revoir là-haut (Rue de Sèvres)Pour ceux qui n’ont pas encore lu le roman et pour les autres aussi, rappelons les faits : nous sommes à la fin de la guerre 14-18. Le lieutenant Pradelle ordonne à deux de ses soldats, de monter au front patrouiller. Malgré la trouille, le froid et la nuit,  ils s’exécutent et se font tirer comme des lapins. Dès  le lendemain, en guise de représailles, les soldats français  attaquent les lignes ennemies. Parmi eux,  Albert Maillard, un des poilus de l’équipe, découvre que c’est Pradelle qui a tiré dans le dos de ses deux copains.  Démasqué, il envoie Maillard au casse-pipe, mais ce dernier ’en sortira miraculeusement grâce au courageux Péricourt qui y laissera la moitié de son visage.
La guerre terminée, chacun rente chez soi sauf Péricourt qui, pour échapper à Pradelle, a du se déclarer officiellement mort. En compagnie de son compagnon de fortune Maillard il va mener une vie de peu jusqu’à ce qu’à ce que les deux compères acceptent de tremper dans une combine, une escroquerie visant à se faire de l’argent sur la fabrication de faux monuments aux morts.

Auteur « Le Sang des Valentine » qui avait aussi pour sujet la grande guerre ou encore les remarquables Scarface ou Shutter Island, Christian De Metter, désormais bien rodé à ce type d’exercice, s’attaque une cette fois à l’adaptation d’un roman, en l’occurrence, copieux et passionnant Au revoir là-haut… avant une version au cinéma réalisée par Albert Dupontel.
Comme à son habitude, De Metter réalise un gros travail sur le dessin, et sur les couleurs en particulier,  jouant habilement sur diverses tonalités, toujours en parfaite harmonie avec la narration et le récit. Les visages des personnages, ces gueules cassées, qui occupent dans cette histoire une place prépondérante sont parfaitement rendues,  à l’image des personnages principaux (Maillard et Péricourt) mais également les personnages secondaires dans un ensemble à la fois très dense et très épuré, mais chargé en émotions et en rebondissements. Car, globalement, De Metter a bien su restituer l’atmosphère du roman avec les divers sentiments qui le traversent, sans négliger aucun des faits importants et des moments clés qui jalonnent cette histoire, malgré sa complexité. Chapeau !

Benoit RICHARD

Au revoir là-haut
Adaptation  du roman Pierre Lemaître
Scénario & dessin : Christian De Metter
Éditions Rue de Sèvres
176 pages – 22,50 euros
Sortie le 7 octobre 2015

Envie de partager :