Le Voyage de Phoenix – Jung

voyage-de-phoenix-head

New-York, septembre 2007. Jennifer apprend la mort accidentelle de Kim, un petit Coréen dont elle a suivi le dossier d’adoption. Le Voyage de Phoenix, en plus d’être un documentaire sur la guerre fratricide des deux Corées via l’évocation de proches de Jennifer, traite aussi du thème de la résilience de façon sensible et humaniste.

voyage-de-phoenix-couvPour son second roman graphique, le dessinateur d’origine coréenne Jung nous raconte de petites histoires humaines affectées par la grande Histoire : celle d’une guerre froide bloquant quasiment tout échange entre la Corée du Sud et sa voisine du nord « communiste », dirigée d’une main de fer par un régime militaire impitoyable. Kim vient de trouver la mort dans un accident de voiture. Jennifer, à la fois narratrice et personnage principal, est sous le choc. C’est elle qui avait géré le dossier d’adoption du garçonnet lorsqu’elle travaillait en Corée du Sud. Cet événement tragique va raviver le souvenir douloureux de ce père qu’elle n’a pas connu et qui y était allé pour assurer la sécurité face à la menace du voisin communiste.

Le thème dominant de ces récits croisés est la résilience face la douleur résultant d’un drame en apparence insurmontable. Celle de Jennifer d’abord, qui pleure ce père inconnu mort dans des circonstances tragiques. Celle des parents de Kim ensuite, qui vivront un cauchemar dans les mois suivant le décès du jeune garçon. Celle de son mari San-Ho enfin, qui a fui la Corée du Nord après avoir supporté l’enfer des camps de rééducation. Et quoi de mieux que le phœnix, cet oiseau légendaire qui a le pouvoir de renaître de ses cendres, pour donner corps à cette notion et servir de fil rouge au récit.

Si la narration peut avoir tendance à se diluer dans la kyrielle de personnages, bien campés au demeurant, elle est parfaitement servie par le dessin raffiné et sensible de Jung. Avec ses lavis insufflant sans lourdeur ce qu’il faut de tension ou d’anxiété à l’histoire, le noir et blanc convient bien au propos. Par l’entremise de ces tragédies dénuées de pathos, Le Voyage de Phoenix peut être vu comme un don de l’auteur, un hommage à la vie malgré son âpreté, tout simplement. A l’image de San-Ho, « ce grand enfant » au sourire lumineux découvrant la vie après avoir survécu aux pires épreuves dans son propre pays.

Laurent Proudhon

Le Voyage de Phoenix
Scénario & dessin : Jung
Editeur : Soleil
Collection : Quadrants
320 pages –  19,99 €
Parution : 7 octobre 2015

Envie de partager :