H-Burns – Night moves

IMAG1970

Retour sur Night Moves, 5ème album de H-burns paru tout début janvier 2015. Une production splendide qui évoque l’Amérique, la colline Hollywoodienne et les longues avenues urbaines de Los Angeles.

A l’heure où 2015 s’en va sur la pointe des pieds (bon débarras), j’ai enfin le temps de trier les albums qui au fil de l’année se sont accumulés sur mon téléphone. Et je me rends compte, alors que j’ai interviewé Renaud Brustlein dit H-Burns pour TV5monde, que j’ai complètement zappé de critiquer ici son album, pourtant parmi ceux d’artistes francophones m’ayant le plus enthousiasmé cette année. Et que le 5+5 avec le bonhomme est du coup la seule présence de Night Moves sur Benzinemag.

h-burns-night-movesJe répare, en plongeant dans mes notes d’interview, cet été dans les allées du Walrus disquaire / café à Paris.

H-Burns, a sans doute plus écouté Johnny Cash, Neutral Milk Hôtel, Dire Straits, Elliot Smith, Chris Isaak, Mogwaï ou Godspeed you black emperor que Gainsbourg et même Dominique A. Quoique c’est peut-être une « pauvre formule » de chroniqueur musical note.
La musique de H-Burns est éprise de folk (et tu sais que moi et la folk on n’est pas vraiment copains hein) de rock (youpie), de grands espaces, de coutumes et d’habitudes qui se satisfont plus d’un style de vie et d’un style de son tels qu’on en trouve peu dans la France qui édite des albums de musique. Ou alors seulement chez des gens comme Bertrand Belin dont Renaud Brustlein se sent proche, ou Syd Matters, groupe avec lequel il collabore d’ailleurs lors de ses tournées.
H-Burns élargit sur Night moves la palette de son savoir-faire jusqu’à toucher la quasi pop; passant sur un même disque de la musique qu’on peut écouter en portant sa chemise de bûcheron au coin du feu dans une cabane forestière, au blouson de cuir noir de Fred Madison, le saxophoniste perturbé du Lost Highway de David Lynch, ou aux jeans décatis de Nirvana.
Les morceaux de Night Moves évoquent l’Amérique, du côté de la colline Hollywoodienne: les longues avenues urbaines californiennes et cette ambiance de Los Angeles, où Brustlein est parti enregistrer dans le studio du local de l’étape Rob Schnapf. Une escapade internationale d’ailleurs déjà entamée avec le précédent album, enregistré quant à lui chez Steve Albini à Chicago. Cette immersion est importante pour son processus d’écriture, me précisera-t-il en interview.

Il y a énormément de ferments de la cité américaine qui sert de décor aux sessions d’enregistrement, dans le son de ce natif de l’Isère. Mais ni un LA d’opérette, chantée un jour par Joe Dassin, ni la Californie des plages (point ici de présence de surf musique), ni d’éléments de carton pâte véhiculés par le cinéma américain, et qui composent habituellement l’imaginaire européen sur cette région du monde à coups de Hot rods, de vestes teddy, de deux roues vrombissant, de cow-boys à chapeau tarte et d’autoroutes qui sillonnent des canions entre deux villes. L’Amérique de H-Burns, chantée dans la langue de Shakespeare, est ici avant tout une ville cité tentaculaire sur la côte ouest des États-Unis qui étend son aura sur la vie des protagonistes racontée par son auteur dans de petites histoires en forme de mini nouvelles musicales. Une ville où vivent à la fois les stars et les paillettes du cinéma, mais aussi une ville qui cache sa misère sous le verni, comme elle cache géographiquement une faille sismique sous son écorce terrestre accueillante.

Le résultat est aussi plus arrangé que les premiers essais de Renaud Brustlein. Beaucoup moins folk, donc pour me plaire. Un ensemble musical au diapason de cette ville solaire quoiqu’un peu effrayante qui planque ses squelettes dans le placard en forme de catastrophes naturelles, d’inégalités sociales criantes, de nature revancharde voire pernicieuse, de comportements désespérés. Il y a un peu de tout ça dans l’ambiance que fournit le disque.Mais il y a aussi et surtout, un paquet de  mélodies à fredonner, malgré la couleur sombre de l’ensemble, sur ce Night Moves qui aurait pu s’appeler Night call pour paraphraser le nom du film dérangeant de Dan Gillroy sur la déliquescence des valeurs à l’ère des self made men et du scoop permanent. Il y a du sociopathe derrière le vernis.

Et pourtant, j’ai pu constater cette après-midi, dans un disquaire/bar cosy du centre de Paris, que même quand il livre une version tout en retenue des singles de son album, débarrassés de ses oripeaux sonores, c’est bien sur une base folk que la magie opère. Et en fait ça ne me dérange pas, et ça c’est plutôt étonnant; même si ce sont les versions habituellement plus dense au niveau des guitares qui m’enthousiasment le plus sur l’album. Les chansons de H-Burns tiennent en mode intime comme en mode grosse armada. Une version intime qui soit dit en passant n’a rien de famélique et prouve à ceux qui voudraient encore en douter, que les meilleures chansons sont celles qui tiendraient à la seul force d’une six cordes, qu’importe si on les orne ensuite de multiples artifices pour en sublimer la beauté initiale. La chanson n’a besoin de rien ou presque pour taper juste. Et Brustlein l’a démontré avec brio.

Le disque lui est un moment d’efficacité rock folk, comme un voyage sonore, pour un touriste Dromois qui s’accapare l’ambiance d’une ville, l’analyse et les rives du pacifique.

4

Denis Verloes

H-Burns – Night moves
Label : Vietnam / Because
sortie : 26 janvier 2015

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *