Hiver rouge – Anneli Furmark

hiver-rouge-head

Dans la Suède des années 70, pas facile de concilier engagement politique et amour passionné. Quand un jeune militant maoïste tomber amoureux d’une femme mariée à la vie bien rangée, tout peut vite tourner à la catastrophe…

hiver-rouge-couvHiver rouge. Titre très bien choisi avec cet oxymore évoquant inévitablement « Octobre rouge ». Car si l’ouvrage aborde la politique à travers l’engagement militant d’Ulrik, le jeune amant de Siv, il joue beaucoup sur les contrastes tant graphiques que narratifs. Contrastes qui se retrouvent d’abord dans les couleurs chaudes et froides de l’hiver suédois. Le bleu translucide omniprésent allié à des touches plus éparses entre le rouge et le jaune contribue à créer une atmosphère irréelle, à la fois glacée et intime, et rappelle que l’histoire se déroule sous une latitude peu favorable aux passions torrides. Comme si le froid avait le pouvoir de gercer les âmes (et ce ne sont pas les amateurs d’Ingmar Bergman qui démentiront). Mais quand le feu couve sous la glace, il peut jaillir d’un seul coup, et c’est aussi de cela dont parle le titre. En tout cas, la réussite sur le plan des couleurs vient équilibrer un trait simpliste parfois imprécis et qui semble manquer d’assurance à certains moments.

L’autre contraste a trait principalement aux deux thématiques diamétralement opposées qui viennent s’entrechoquer : l’amour passionnel et l’engagement politique, en l’occurrence celui d’Ulrik, jeune maoïste dont le rôle est d’infiltrer le syndicat de l’acierie où travaille Börje, le mari militant social-démocrate de Siv, mère de famille en pleine crise de la quarantaine. …Du coup, Ulrik va se retrouver accusé par son groupe de les espionner pour le compte de Börje… Au milieu de ces intrigues d’adultes, les enfants de Siv, ados tiraillés entre l’enfance et l’âge adulte, observent de loin sans vraiment comprendre. Quant à Börje, un homme tout dévoué à son syndicat, il semble incapable de percevoir la distance grandissante entre sa femme et lui-même. Mais Siv tiendra-t-elle encore longtemps son rôle d’épouse « accomplie » au sein d’un doux foyer ?

De ce combat difficile de deux êtres pour vivre leur amour librement (on a beau être dans la Suède post-flower pop) émergent quelques vérités cruelles : si à un instant T, certains choix de vie peuvent sembler pertinents dans toute quête vers l’accomplissement personnel, ils risquent aussi très vite de se transformer en piège mortel quand on bifurque soudainement vers les chemins enflammés de la passion. L’enfer existe aussi en Suède, et comme ailleurs il est pavé de bonnes intentions… Routine + confort = danger.

On se laissera facilement charmer par l’atmosphère intimiste de cet Hiver rouge, deuxième BD d’Anneli Furmark publiée en France. Un album nominé au festival d’Angoulême.

Laurent Proudhon

Hiver rouge
Scénario & dessin : Anneli Furmark
Editeur : Ça et Là
168 pages – 18 €
Parution : 12 juin 2015

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *