Histoire de la violence – Edouard Louis

Révélation de l’année 2014 avec En finir avec Eddy Bellegueule, Edouard Louis peine à confirmer avec ce deuxième roman enfermé dans les clichés.

Edouard Louis - seuil photo 2016
photo © Bernard Bisson

Edouard Louis - histoire de la violence couverture SeuilUn soir de Noël, Edouard Louis rentre chez lui. Il est abordé par un jeune Maghrébin avec qui il passe la nuit, avant que la rencontre ne se métamorphose en vol, viol et tentative de meurtre !
On l’a attendu ce deuxième livre, après la déflagration qu’a constitué En finir avec Eddy Bellegueule (où il racontait comment il s’était échappé de son milieu d’origine, une famille pauvre et homophobe du Nord, pour venir à Paris), celui qu’on a intronisé « petit génie de la littérature » était attendu au tournant : confirmer son talent singulier ou décevoir.

Histoire de la violence nous laisse perplexe. S’il est compréhensible qu’un tel évènement soit traumatisant et qu’il engendre une remise en cause des fondamentaux liés à la précarité de la vie, l’auteur ne parvient pas à sortir de son histoire personnelle pour théoriser la violence. Edouard Louis confronte son propre récit à celui de sa sœur, à qui il l’a raconté, mais cette dernière en en faisant part à son mari, déforme les propos de son frère en y mêlant des digressions parfois très éloignées du sujet premier. On est agacé voir choqué par la langue  populaire, teintée de patois « chti » que l’auteur utilise pour transcrire les propos de sa sœur. Le procédé est grossier et inélégant, voir facile. Edouard Louis reste bloqué sur la caricature de son milieu d’origine. Comme si seul son nombril constituait son matériau littéraire…

Hugues DEMEUSY

Histoire de la violence
Roman français d’Edouard Louis
Éditions du Seuil
230 pages – 18 euros
Date de parution : 7 janvier 2016

Envie de partager :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *