Un printemps 76 – Vincent Duluc

Pilier du journal L’équipe, Vincent Duluc est aussi un écrivain talentueux. Après avoir fait revivre la légende George Best dans Le Cinquième Beatles, il nous raconte son printemps 1976, ou comment il a vécu l’épopée des Verts en Coupe D’Europe cette année là.

Dominique Rocheteau Kiev 1976

Si, depuis quelques années, Vincent Duluc couvre l’actualité du football pour le journal L’Equipe et plus particulièrement celle de l’Olympique Lyonnais, ses premiers amours footballistiques il les doit pourtant à l’ennemi de toujours de l’OL : L’AS Saint-Étienne. Il faut dire qu’à l’époque, dans les années 70, la France qui aime le foot populaire ne connaît qu’un club ou presque : les Verts !
Que l’on suive le foot de près ou de loin, tout le monde connaît l’équipe de foot au maillot vert satiné floqué de la publicité Manufrance, entrainée par Robert Herbin (le Sphinx), et qui comprend dans ses rangs Dominique Rocheteau, surnommé l’ange vert.
Durant 200 pages, Vincent Duluc va s’attacher à nous raconter avec passion la fameuse finale contre le Bayern, mais aussi, le club, la ville, les ouvriers, la mine, l’année 1976, les gens qui ont fait Saint-Étienne, et plus largement la France de cette époque lointaine… dessinant au passage quelques jolis portraits de ces figures emblématiques (Rocheteau, Larqué, le président Rocher…) qui ont contribué à faire naitre la légende.

un printemps 76 couverture StockVincent est encore un adolescent quand il a l’opportune d’aller assister, dans le cadre d’une sortie organisé par son lycée, le quart de finale de Coupe des clubs champions contre le Dynamo Kiev. Debout, le nez collé au grillage, il va assister à ce match qui va marquer à tout jamais sa vie de passionné de football. La mémoire presque intacte, il se souvient des publicités affichées dans le stade ou diffusés au haut-parleur, mais aussi des diffusions rocambolesques des matchs à la télé, quand certaines zones géographiques n’étaient pas couvertes pour obliger les gens à aller au stade voir le match. Autre époque, autres mœurs.
Vincent Duluc se souvient de l’engouement populaire suscité par l’événement, à la télé de Guy Lux et de Danièle Gilbert, avec ce refrain entêtant (« Qui c’est les plus forts…. ») qui passait trois fois par jours à la radio. Il n’a pas oublié ce but du Bayern en noir et blanc qu’il n’a pas vu en direct à cause d’une coupure de quelques seconde, ni les fameux poteaux carrés qui ont contribué, aux aussi, à construire la mythologie de cette équipe de beautiful losers comme on les aime tant au pays de Raymond Poulidor.
Ce livre plein d’anecdotes, de souvenirs d’enfance du côté de Bourg-en-Bresse, sa ville d’origine, constituera sans aucun doute une belle madeleine de Proust pour toute une génération, aujourd’hui âgée de 50 ans et plus.

Un printemps 76 n’aurait pu être qu’un simple livre de souvenirs s’il n’était pas écrit de la plume de ce journaliste au style brillant, jamais démonstratif et au regard lucide, sans nostalgie exagérée.
Récit d’une jeunesse, d’une passion dont il a fait son métier, ce beau roman confirme le talent d’un Vincent Duluc que l’on espère retrouver très vite en littérature.

Benoit RICHARD

Un printemps 76
Roman Français de Vincent Duluc
Editeur : Stock / Collection : La Bleue
216 pages – 18€
Parution : 13 janvier 2016

Un printemps 76 : extrait

 

Envie de partager :

2 thoughts on “Un printemps 76 – Vincent Duluc

  1. erratum: contre Kiev c’était le 1/4 de finale (0-2:3-0) ,les demies c’était contre le PSV Heindoven (1-0: 0-0)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *